Maurice Carême

nng-images-php.jpeg


Maurice Carême (Wavre 12 mai 1899 - Anderlecht 13 janvier 1978) est un écrivain et poète belge de langue française, auteur de Mère, dont le style, simple et musical, remporta un important succès auprès d'un public de tous âges.

Fils d'un père peintre en bâtiment et d'une mère épicière. Poète belge de langue française, il a deux sœurs (dont l'une mourut le lendemain de sa naissance) et deux frères (dont l'un décèda à huit mois). Il passe son enfance et son adolescence à Wavre, sa ville. À 15 ans, il écrit ses premiers vers inspirés par une amie d'enfance, Bertha Detry. Dès lors, il ne cessera plus d'écrire. Elève brillant, il obtient, la même année, une bourse d'études et entre à l'Ecole normale primaire de Tirlemont.

En 1918, il est nommé instituteur à Anderlecht dans la banlieue de Bruxelles. Après une période de futurisme (1928-1932), il revient à une grande simplicité de ton. En 1933, il fait construire, une maison dite « La Maison blanche » à Anderlecht, avenue Nelly-Melba, qui abrite aujourd'hui le « Musée Maurice Carême ».

 

Il meurt le 13 janvier 1978 à 78 ans.

 

En 1919, il crée une revue littéraire, Nos Jeunes qu'il rebaptise en 1920 La Revue indépendante. Maurice Carême collabore à la revue Anthologie de Georges Linze puis entre à La Revue sincère (1922).

Élu « Prince en poésie » au Café Procope à Paris en 1972 - une plaque commémorative apposée sur la façade le rappelle -, Carême a vu son œuvre traduite dans de nombreuses langues. Par un aspect de son œuvre, il est très apprécié pour son amour des enfants, un registre essentiel de son œuvre (un quart de son œuvre environ). Mais il est aussi un poète de la grandeur et de la misère de l'homme. Récompensée par de nombreux prix littéraires, illustrée par de grands artistes, son œuvre joint à la simplicité de la forme l'expression d'une joie de vivre qui n'exclut pas une certaine gravité. Il a aussi traduit en français des poètes néerlandophones.

Jeannine Burny qui fut la fidèle secrétaire et la muse inspiratrice de Maurice Carême, présidente de la Fondation Maurice Carême2, a écrit un livre édité au printemps 2007, intitulé Le jour s’en va toujours trop tôt : Sur les pas de Maurice Carême. Éditions Racine (Bruxelles). Plus de deux mille six cents poèmes de Maurice Carême ont été mis en musique par d’éminents compositeurs de son temps parmi lesquels Darius Milhaud, Francis Poulenc, Henri Sauguet, Jacques Chailley (1910-1999), Florent Schmitt, Carl Orff, etc.