Oural-Ouralou



C'est dans l'aube chère à Verlaine
que tu courais notre domaine
humant l'air des quatre saisons
odeurs de thym et de bruyères
sous tes pattes fraiches légères
s'élevaient comme une oraison
berger des landes familières
tu vivais digne et solitaire
animal doué de raison
j'écris ce jour anniversaire
ou tu reposes sous la terre
à deux pas de notre maison
hourrah oural ouralou
oural ouralou (bis)
on voit souvent des souveraines
à la place des rois qui règnent
rien qu'en posant leurs yeux dessus
il faut se méfier du paraître
de nous deux qui était le maître
nous ne l'avons jamais bien su
tu vécus la vie parisienne
la nuit sur les quais de seine
les music-halls et les tournées
et cette vie qui fût la mienne
il me semble que tu l'entraines
à la semelle de tes souliers
hourrah oural ouralou
oural ouralou (bis)
jour aprés jour il faut l'admettre
voir ceux qu'on aime disparaître
c'est ce qui fait vieillir trop tôt
au paradis des chiens peut-être
ton long museau à la fenêtre
tu nous accueilleras bientôt
au triple galop caracole
je vois tes pattes qui s'envolent

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 05/07/2021