Le Père Noël en prison - Le Procès et la Lettre

 

- no title specified

http://www.momes.net/histoiresillustrees/perenoel/chapitre6.html

Le Père Noël en Prison


Chapitre 5 : le procès

- Silence ! Vous êtes dans un tribunal !

     Monsieur le Juge s’installa sur sa chaise et saisit le dossier du dessus.

- Affaire première : Défaut de papiers, conduite sans permis de conduire, refus d’obtempérer et dissimulation d’identité.

     Tout en s’adressant aux policiers qui faisaient la garde dans le tribunal, le juge poursuivit:

- Conformément au code de procédure pénale, l’affaire étant un flagrant délit, elle sera jugée immédiatement. Qu’on amène le prévenu.

     Entouré de deux gardes, menottes aux poignets, le Père Noël entra dans le tribunal. Il fut aussitôt mené jusqu’au banc des accusés.

     Le juge l’examina un instant, puis commença son interrogatoire:

- Nom ?
- Père
- Prénom ?
-  Noël
-  Greffier, veuillez noter, s’il vous plaît. Attention, vous affirmez que vous vous appelez bien Père Noël !
- Oui, Monsieur le Juge.

     Un premier rire général secoua le prétoire.

- Silence ou je fais évacuer la salle. Lieu de résidence ?
- Dans le ciel, après la grande ourse.
-Bien sûr, bien sûr. Et comme profession, évidemment, vous distribuez des jouets.
- Oui, Monsieur le Juge.

     Une fois encore, la salle se mit à rire.

     Mais au fur et à mesure que le procès avançait, par enchantement, la salle se remplissait de plus en plus d’enfants. La nouvelle, comme une traînée de poudre, s’était répandue dans la ville : quelqu’un prétendait qu’il était le Père Noël. Pire, on allait mettre le Père Noël en prison. Devant l’afflux de ce public inattendu, le président du tribunal préféra s’adjoindre l’avis d’un expert. Il n’était pas question de faire une erreur judiciaire la veille de Noël. Il se leva et déclara :

- La cour demande l’avis d’un psychiatre. La séance est ajournée.
- Je proteste, déclara le Père Noël en se levant.
- Vous protestez, mais de quel droit ? Ici le juge c’est moi ! Eh bien, puisque c’est ainsi, qu’on fasse venir l’expert immédiatement ! s’énerva le juge.

     Un petit homme vêtu d’un costume noir s’approcha de la barre, il rajusta des lunettes rondes sur son nez et débuta son rapport.
- Que la cour excuse... manque de temps... pas assez d’éléments au dossier... toutefois...

     Trois quarts d’heure après, il continuait et, cette fois, semblait conclure.

-Manifestement, cet homme souffre d’un dédoublement de la personnalité, sans doute que petit enfant il a... et que... alors ...

     Un énorme ronflement interrompit le rapport de l’expert. Toute la salle se mit à rire en voyant le Père Noël qui dormait.

- Gardes, réveillez le prévenu ! Le juge s’adressa vertement au Père Noël et lui fit un reproche.

- En plus, vous insultez la cour...
- Mais pas du tout, si je veux offrir tous mes cadeaux cette nuit, il faut que je fasse une sieste...

Une nouvelle vague de rire ébranla la salle.

-Silence ou je fais évacuer le tribunal ! et vous, soyez respectueux envers la cour ou je vous condamne pour outrage à magistrat.

     Le juge avait à peine fini sa phrase qu’un brouhaha, un vacarme, un cri de douleur percèrent les oreilles des spectateurs.

- Au voleur, au voleur, Monsieur le Président, arrêtez cet homme, il m’a volé.

     Monsieur Filou arrivait ou plutôt débarquait dans le tribunal. Il hurlait au juge.

-Fusillez-le, guillotinez-le, pendez-le haut et court, écartelez-le, rasez-lui la barbe, mais faites-le payer.

     L’irruption de Monsieur Filou détourna l’attention du public. Il brandissait dans sa main un bout de papier. Il traversa la salle et s’écroula devant la table du greffier. Toujours en criant, il bredouillait.

- Regardez, regardez, ce chèque, c’est une carte de Monopoly. Il a payé mon camion avec la rue de la Paix! De la monnaie de singe, je suis ruiné.

     La salle une fois encore éclata de rire.

     C’en était trop pour Monsieur le Juge qui se fâcha tout rouge et frappa de son marteau son bureau.

- Gardes, envoyez cet énergumène en prison, je m’occuperai de lui plus tard.

- Mais c’est une erreur, c’est lui le voleur, pleurait Monsieur Filou.

     Deux gardes, sous les applaudissement de la salle, entraînèrent Monsieur Filou vers le fourgon cellulaire. Le juge, cette fois-ci trop énervé pour continuer, s’adressa au Père Noël et rendit sa sentence.

- Conformément au code de procédure pénale, article numéro... et alinéa... je vous condamne à quinze jours de prison, dont quinze jours ferme. Affaire suivante...

- Hou, hou, hou...

De toute part, on entendit les cris des enfants qui protestaient.

-Mais..., Monsieur le Juge, et les enfants ?
- Silence, brigadier, évacuez la salle.

Le juge se leva, épongea son front et sortit la tête bien haute.

Si rien n’était fait, cette nuit, le Père Noël allait dormir en prison et personne ne distribuerait les cadeaux aux enfants.

 

Chapitre 6 : la lettre

      Dans sa chambre, Valentin s’appliquait. Il avait assisté à la totalité du procès et même s’il adorait son papa, il se sentait un peu responsable. Son papa lui avait promis qu’il l’emmènerait un jour voir un procès dès qu’il aurait arrêté un bandit et, jusqu’à aujourd’hui, à part un caniche perdu, son papa n’avait jamais rien arrêté. Valentin soupçonnait un peu son papa d’excès de zèle. En sortant du tribunal, il avait décidé que c’était à lui de réparer les erreurs des grandes personnes. Heureusement qu’il savait à qui il devait écrire.

- Cher Saint Nicolas, papa a arrêté le Père Noël. Venez vite. Valentin.

     Valentin, fier de sa missive, ouvrit la fenêtre de sa chambre. Un pigeon se posa sur le rebord, prit dans son bec la lettre du petit enfant et s’envola dans les airs.

- Que fais-tu là, je t’ai déjà dit de ne pas ouvrir la fenêtre en plein hiver, tu veux nous faire mourir de froid.
- Mais papa, c’est pour le Père Noël ...
- Voyons, Valentin, je t’ai déjà dit que le Père Noël n’existait pas. Fais comme ton papa, travaille dur et un jour, tu pourras rentrer dans la police.
- Oui papa.

Sagement, Valentin regagna son lit. De ses yeux, il suivait le voyage d’un pigeon qui montait, montait dans le ciel.

 

La  fin  à suivre ...Continuez à être sages !!

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 05/07/2021