Peter et le squatter

Conte de Noël

par Mauricette Thierry

 

 

Lundi 16 Décembre :                                                   

Il pleut sur Paris et la pluie joue du piano sur les carreaux. Au fond de la classe Peter s'ennuie, il est puni. La maîtresse est sévère, elle lui a donné cent lignes à faire.
- On ne doit pas rêver lorsqu'on est écolier.
Peter songeait aux prochaines vacances, quand Papy et Mamie viendront de Normandie, passer quelques jours avec lui. Bientôt ce sera Noël et les cadeaux. Il se fout des cadeaux, il donnerait tous les siens pour avoir un ballon de foot et un chien. Mais il sait qu'il n'aura rien de cela. Maman ne veut pas! Avec un ballon on casse les glaces et un chien ça fait du dégât dans les jardins...
- Qu'est-ce qu'elle en sait maman, elle n'est jamais là, pas plus que papa...

Mardi 17: Décembre
Peter a mal dormi, la jeune fille au pair aussi. Ce matin, sac au dos, comme les gamins de son âge, il se sent tous les courages.
Hier, papa a appelé de l'étranger. Il ne s'est pas opposé à son projet, maman non plus, elle, elle n'a pas téléphoné! Il a seulement recommandé de ne pas s'attarder dans l'immeuble inoccupé...
A huit ans on est grand mais pas très obéissant et Peter n'a qu'une envie, braver les interdits. Il es malin et personne n'en saura rien, dès ce sois il ira voir.

La fine de l'après-midi est enfin arrivée, Peter se hâte vers la sortie. Il avance avec des ruses d'indien afin de ne pas être remarqué par le gardien de la Paix. L'endroit est condamné, il le sait d'avance, mais la curiosité l'emporte sur la prudence. Peter à un tempérament d'aventurier. Plus tard il sera archéologue, comme Indiana Jones!

porte.jpg
Pas de chance, la porte est barrée, Peter est un peu déçu, sa première expédition n'a pas le succès escompté. Par le trou de la serrure, il découvre un morceau d'univers inconnu. Une cour mal pavée, des orties le long d'un mur, une façade ouvragée, délavée par le temps. Cette vision plaît à l'enfant, il est content et rentre en chantant. Il a faim, peut-être que demain...



Mercredi 18: Décembre

 
Aujourd'hui c'est mercredi, Peter rêvasse en écoutant tomber la pluie. Il s'est réfugié dans le grenier. C'est son endroit préféré, plein de malles en osier et de toiles d'araignées. De là, il s'évade en pensées, par dessus les toits mouillés.

Qui y a-t-il derrière cette porte close? Un monstre ou quelque chose, peut-être un chien rendu méchant par le chagrin?

Jeudi 19: Décembre

 
Cette nuit, Peter a fait un rêve bizarre. Une sorte de clochard pénétrait dans le bâtiment, grâce à un clé cachée sous un caillou. Peter s'est réveillé tou joyeux, même s'il pleut!


Tout à l'heure, vers quatre heures, un chauffeur viendra chercher Peter, mais il a décidé que demain il rentrerait à pieds. Il connaît bien le trajet, il n'y à même pas de rues à traverser, juste l'entrée d'un vieil immeuble à éviter.

La cloche a sonné, l'école est terminée. En rentrant chez lui, dans la Mercedes verte, Peter a constaté que la porte de l'immeuble inhabité était entrouverte. Il se promet d'aller le visiter, mais pour l'instant son goûter l'attend...

La journée est longue, il s'impatiente, le mystère des vieilles pierres le hante.
Quatre heures, Peter est dans la rue. Là-bas, la Seine est en crue. Une averse déverses ses gros grêlons, l'obligeant à s'abriter sous un porche tout proche. Un curieux bonhomme s'approche, sort une clé de sa poche et sans plus de façon, invite le garçon à entrer se réchauffer. Il hésite, on lui a toujours conseillé de se méfier des étrangers. Pourtant Peter n'a pas peur, d'instinct il sent que cet humain ne veut que son bien.                                                                                                            clochard.jpg
Le gamin trempé le suit dans l'escalier d'un très ancien Hôtel Particulier. Les peintures s'écaillent mais le sol est en marbre. Les vitres su rez-de-chaussée sont birsées, les tapisseries du premier déchirées, cependant l'endroit est plaisant. Maintenant, Peter observe son hôte. C'est un êtres vraiment extraordinaire, au visage débonnaire et au regard empli de bonhomie. Malgré sa tenue faite de bric et de broc et l'usure de ses bottes, il ne manque pas d'allure. Ses longs cheveux et sa barbe fournie lui donnent un faux air de Père Noël. Quel âge peut-il avoir? Soixant dix, quatre vingt ans, difficile de le savoir.
- Comment t'appelles-tu?
Peter tombe de sa rêverie.
- Peter et toi?
- Moi, c'est Nicolas!


Vendredi 20 Décembre:

 
Ce soir, Peter est heureux. Il est en vacance, mais surtout il a un mai rien qu'à lui. C'est un secret bien gardé car si maman l'apprenait, elle pousserait les hauts cris. Pas question que son fils chéri entretienne pareille fréquentation!
Il a apporté un gros morceau de pain et du chocolat pour son nouveau copain. Nicolas, très ému de sa générosité, croque dedans à pleines dents.
- Tu avais faim?
- Un peu... Avoue le squatter à Peter.
- C'est donc ici que tu vis?
- Oui, mais plus pour longtemps, cet immeuble sera détruit au printemps... Mais ne t'inquiète pas, je serai parti avant !
- Alors, on ne se verra plus ?
- Ne t'en fais pas, je ne t'oublierai pas pour cela, le console Nicolas accroupi devant lui. Parle-moi plutôt de toi, que font tes parents?
- Papa est reporter, il voyage tout autour de la Terre. Il n'est jamais là, mais je l'aime bien... Maman est actrice dans des films de grands, je ne la vois pas souvent... C'est Ada la fille au pair qui s'occupe de moi, elle est plutôt sympa !
Nicolas compatit, la vie d'aujourd'hui n'est pas facile pour les exclus et les petits.
- Tu ne te sens jamais seul ? Demande-t-il.
- Si parfois ! Quand cela m'arrive, j'appelle Papy et Mamie, mais ils sont loin en Normandie...
- C'est bientôt Noël, as-tu écrit ta lettre au Père Noël ?
Peter semble étonné.
- Le Père Noël, quelle belle foutaise!
Nicolas perd soudain tout entrain, Peter tente de corriger son erreur.
- Maman dit que c'est juste des histoires pour les enfants des gens sans espoir, mais moi j'aimerais bien y croire... Soupire-t-il. Et puis tu sais il ne doit pas avoir un instant à me consacrer...
- Ta mère se trompe, le Père Noël existe et moi qui le connais bien je puis t'assurer d'il lit tout son courrier, j'en suis même certain.


Samedi 21 Décembre:

 
Peter a fait la grasse matinée et après son petit déjeuner, il est monté au grenier. Comment se faire pardonner d'avoir offensé les si poétiques sentiments de l'ami le mendiant ?
Et voilà qu'il lui vient une magnifique idée. Aussitôt il se met à fouiller les coffres d'osier. Le premier est vide. Dans le second Peter trouve une chemise de bûcheron et un pantalon de velours marron. Le troisième ne recèle rien d'intéressant, mais le dernier contient un pull à col roulé et une paire de bottes fourrées. Peter range le tout pèle mêle dans un sac poubelle puis il s'installe dans un vieux guéridon et entame la rédaction de sa lettre de motivation, l'inspiration sert de guide à son crayon.
Peter sort de la maison silencieuse. Avec son précieux fardeau sur le dos il ressemble à un clodo. Comme Nicolas va être content, mais Nicolas est absent et la porte est fermée. Peter
cherche la clé dans les pavés de l'entrée et finit par la trouver. Il dépose son paquet sur le pallier et s'en va sans se retourner...

Dimanche 22 Décembre:
Papa est rentré cette nuit de Tahiti et repart vers une autre destination par le prochain avion. Il a promis d'être de retour avant mardi. Papy Jérémie et Mamie Emilie arrivent demain de Normandie. Maman n'a pas donné signe de vie...
Il va y avoir de l'animation dans la maison. Peter pense à Nicolas et Nicolas pense à Peter.

Le squatter a eu un coup au coeur en découvrant le présent de Peter. Il a immédiatement enfilé les vêtements et par magie les chaussures se sont mises à sa pointure. A présent il découvre la lettre ainsi libellée:
" Cher Père Noël,
Hier j'ai dit à Nicolas que tu n'existais pas. Je lui ai fait de la peine et je le regrette. J'espère que tu liras quand même cette
lettre...
Moi, je ne désire pas de train électrique, ni de vaisseau galactique. Je ne te demande qu'un ballon et un chien pour jouer dans le jardin. Maman ne veut pas ! Elle dit que c'est une responsabilité, que je me lasserai et qu'après il faudra l'abandonner à la spa. Ce n'est pas vrai ! Si j'avais un animal, je m'en occuperais, je ne promènerais et j'apprendrais à le soigner...
Mais ce que je souhaite surtout, c'est que Nicolas trouve un toit et que plus jamais il n'ai ni faim, ni froid!
Cher Père Noël, dis-lui aussi que je l'aime! " Signé Peter.

Ce garçon est tellement bon que Nicolas en pleure d'émotion. Sa grandeur d'âme mérite l'assurance d'une récompense !

Lundi 23 Décembre:
Papy et Mamie sont arrivés par le TGV de midi. A peine débarqué, papa est allé les chercher en taxi, pendant que maman joue les stars dans les couloirs d'Orly. Peter n'a pas voulu
l'accompagner. Les gares lui donnent le cafard. Il s'est barricadé dans le grenier pour échapper à la corvée. Papa n'a pas insisté.
Papy Jérémie est monté le retrouver. Peter ne peut résister à la malice de ses yeux complices. Il lui saute au cou et dévore ses joues de baisers salés. Avec lui, l'enfant sauvage redevient sage. Il a envie de se confier.
- Tu sais Papy, j'ai un secret! Je vais tout te raconter si tu me promets de ne pas l'ébruiter...
- Promis, juré, une parole de grand-père c'est sacré ! Faut-il que je crache par terre?
- Ce n'est pas nécessaire ! Alors voilà et patati et patata...

Peter et Jérémie chuchotent et complotent!
Le débarquement de maman avec armes et bagages sonne le glas de leur débat. Il faut supporter les ébats parfumés et les câlins en retard... Trop tard ! Ce n'est qu'un mauvais moment à passer.
Peter pense à Nicolas, un clin d'oeil de Jérémie et il est au Paradis!


Mardi 24 Décembre:
Peter refuse de se lever, il dit qu'il est fatigué. Maman pique une colère au bord de la crise de nerfs.
- Ah non, pas un soir de réveillon ! Où va-t-on trouver un docteur et une baby sitter?  Il est hors de question d'annuler la réception chez les Dupont ! Papy se propose d'arranger les choses.
- Ne vous inquiétez de rien, je reste avec le gamin, amusez-vous... Moi je ne suis pas folichon des réveillons...
- Jérémie a raison ! Tranche papa. Allons-y ou nous n'y serons jamais à minuit!
Maman est déjà sur le trottoir en robe lamé noir. Papa embrasse Peter...
- Courage fiston!
Et remercie Jérémie.

La maison est vide, le silence préside !
- Papy, est-ce que tout le monde est parti?  Demande une petite voix venue du fond des draps.
- Oui, finie la comédie, debout!
Peter se précipite dans les bras de son grand-père.
- Oh merci Papy, sans toi je n'aurais jamais réussi!  
- Il n'y a pas de quoi, au moins pour une fois je vais m'amuser au lieu de m'empiffrer !
L'enfant s'habille chaudement pendant que Jérémie pille le refrigérateur. Dehors, les lampadaires scintillent dans la nuit claire, la plus bille nuit de Peter!
Dans un quart d'heure, Nicolas le squatter connaîtra une grande joie. Il n'aura plus faim, ni froid, il dégustera un festin de roi, entouré de copains. Ce soir Peter veut tuer l'habitude et la solitude!
Le moment venu de pousser la porte, sa main tendu tremble un peu sur la poignée. L'air lui semble plus vif et l'endroit plus désert, mais il n'a rien a redouter puisque Papy est à ses côtés.
Il tient un grand panier bourré de délicieux mets, des huïtres, de la dinde aux marrons, une bûche au citron et même une bouteille de champagne!
Tout est calme. Sous le porche, Jérémie à allumé une lampe torche. L'escalier est glacé mais décoré de guirlandes de papier. Peter est éberlué; Arrivé sur la pallier, il frappe mais n'ose pas entrer. Doucement, il appelle son ami.
- Ouvre-moi Nicolas, c'est Peter, je suis venu fêter Noël avec toi!
- Entre Peter, je savais que tu viendrais, c'est pourquoi je t'ai préparé cela! Dit Nicolas en claquant des doigts.


Soudain, les mille bougies d'un immense sapin s'illuminent simultanément. L'enfant en reste muet d'étonnement. Le décor a changé. Une table, éclairée par des chandeliers est dressée pour trois invités. Nicolas lui même n'est plus tout a fait le même. Ses cheveux sont plus blancs, son visage plus rayonnant et ses vêtements paraissent plus neufs qu'auparavant. Peter comment à comprendre, mais ne peut y croire. Tou ça ce sont des histoires!
- Peter, si tu faisais les présentations afin d'éclaircir la situation! Propose Nicolas.
L'enfant s'execute joyeusement.
- A oui, je me rappelle... Tu étais un chenapan turbulent, mais si attachant. Je suis heureux de voir que tu as su le rester...
- Comment, vous vous connaissez? Interroge Peter interloqué.
- En quelque sorte... Atteste Papy, mais d'une façon très différente de ce que tu penses...
Les deux anciens se serrent la main. Pour une seconde, Jérémie redevient un bambin. Peter est stupéfait, la réalité lui échappe, il ne comprend pas ce qui se passe. Nicolas les prie de prendre place à table. Ce soir il sera en retard dans sa tournée, mais il a tellement à donner à cet enfant, qu'il sera sûrement excusé.
Peter se demande chez quel traiteur le pauvre Nicolas s'est
procuré tous ces plats. Oie farcie, faison roti, servis sur nappe d'organdi. Pourvu qu'il n'ai rien volé.
Mais Nicolas sourit.
- Peter, je t'ai menti! Si mon nom est bien Nicolas, je ne suis pas celui que tu crois... Mais je le serais devenu si tu ne m'avais pas secouru... Dans certains pays on me nomme Saint-Nicolas, dans d'autres Santa Claus, Ici on m'appelle Père Noël!
- Alors, c'est bien vrai?
- Oui! Certifie Nicolas, puis prenant Jérémie à témoin. Est- que tu te souviens qu'une nuit tu m'as aidé, quand j'étais coincé dans ta cheminée?
Peter va de surprise en surprise.
- Pourquoi n'en as-tu jamais parlé?
- J'aurais été battu, personne ne m'aurais cru!
- En ces temps là, les enfants croyaient en moi, puis il m'ont oublié, rangé au rayon des légendes passées. Et c'est ton bon coeur qui m'a sauvé du malheur... Regard au peid du sapin
gamin, tout ce qui est là est pour toi!
Peter n'en croit pas ses yeux. Sous les basses branches du résineux, il y a deux paquets enrubannés, l'un rouge, l'autre bleu.

Peter déchire le papier du premier. Il y trouve le ballon de foot dont il à toujours rêvé, en cuir et bien gonflé.
- Avec cette balle là, tu pourras jouer pendant des années sans rien casser. Précise Nicolas. Dépêche-toi d'ouvrir le second carton!
Entre les débris de l'emballage Peter aperçoit la tête et le pelage d'une bête. Mais ce n'est qu'un Saint-Bernard en peluche, rien de plus. Peter est profondément déçu!
- Ne te fie pas aux fausses apparences... Cet animal n'est pas un jouet banal, embrasse-le sur le nez et tu verras ton rêve se réaliser...
Aussitôt dit, aussitôt fait, Peter obeit et le miracle se produit. Dans la douce fourrure bat le coeur pur et aimant d'un chiot bien vivant!
L'enfant émerveillé rit et pleure de joie, son chien aboie et lui
lèche les doigts. Nicolas est satisfait, Jérémie sourit.

  • De quel nom vas-tu baptiser ton nouvel ami?
    - Noé! Proclame Peter tout à son bonheur. Mais comment vais-je faire pour le garder, maman ne l'acceptera pas... Demande-t-il brusquement inquiet.
    - Rassure-toi, reprend Nicolas. Chaque fois que tu l'embrasseras, il se métamorphosera en véritable animal et lorsque tu lui tapoteras la truffe, il redeviendra une simple peluche !
    - Et ainsi pour toute la vie ?
    - Cela ne dépendra que de toi... Si au Noël de ta majorité tu veux toujours l'adopter, il te suffira de l'embrasser au douzième coup de minuit. Si tu ne le fait pas, ou si tu oublies, il restera un jouet pour l'éternité ! As-tu bien compris ?
    - Oui!
    - Alors je dois vous quitter, j'ai des étrennes à distribuer... Joyeux Noël les amis!
    - Père Noël, Père Noël ! Crie Peter dans l'escalier.
    Trop tard, il est déjà parti. Dehors on entend un drôle de bruit, comme des grelots agités dans la nuit.
    - Si tu as quelque chose à lui dire, dis le très fort, je suis sûr qu'il t'entend encore! Assure Papy.
    - Merci Nicolas, tu m'as appris qu'il faut toujours croire à la magie de la vie!
    Peter et Papy son rentrés par les rues désertées. A travers la fenêtre ils regardent l'aube naître. Tès loin, une étoile file vers le matin. Peter frémit.
    - Sa livraison est finie, Nicolas rentre à la maison ! Murmure Jérémie.
    Deux grosses larmes coulent sur les joues de Peter.
    - Tu crois qu'il reviendra un jour ?
    - Il reviendra toujours, tant que les enfants croiront en son amour !
    - Que va-t-on dire à maman pour Noé, le ballon et le frigo vidé ?
    - Ne t'en fais pas, je prends tout sur moi... Dit Papy Jérémie. Les "cadeaux" c'est moi qui te les aient achetés et puis nous avons fait réveillon... Après tout c'est Noël, non ?

    Le garçon se jette au cou de son grand-père. A leurs pieds un chiot frippon s'amuse avec le ballon.


2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 05/07/2021