Un village...Autrefois - ALphonse Lamartine

 

 

Alphonse de Lamartine

 


Je sais sur la colline
Une blanche maison,
Un rocher la domine
Un buisson d’aubépine
Est tout son horizon

Là, jamais ne s’élève
Bruit qui fasse penser
Jusqu’à ce qu’il s’achève
On peut mener son rêve
Et le recommencer

Le clocher du village
Surmonte ce séjour
 

Sa voix comme un hommage  
Monte au premier nuage
Que clore le jour !

Aux sons que l’écho roule
Le long des églantiers,
Vous voyez l’humble foule
Qui serpente et s’écoule
Dans les pieux sentiers :

C’est la pauvre orpheline
Pour qui le jour est court,
Qui déroule et termine
Pendant qu’elle chemine
Son fuseau déjà lourd ;

C’est l’aveugle que guide
Le mur accoutumé
Le mendiant timide
Et dont la main dévide
Son rosaire enfumé :

C’est l’enfant qui caresse
En passant chaque fleur ;
Le vieillard qui se presse
L’enfance et la vieillesse
 
Sont amis du Seigneur !

Ou quelque pauvre veuve
Aux longs rayons du soir
Sur une pierre neuve,
Signe de son épreuve,
S’agenouiller, s’asseoir

Plus d’une fleur nuance
Ce voile du sommeil ;
Là tout fut innocence
Là tout parle d’espérance
Et appelle le réveil .
Paix et mélancolie
Veillent, là près des morts,
Et l’âme recueillie
Des vagues de la vie
Croit y toucher les bords.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 02/07/2021