Onzième Nuit

enluminure

Ecriture arabe "mille et une nuit

enluminureSchahriar et la princesse son épouse, passèrent cette nuit de la même manière que les précédentes, et avant que je jour parût Dinarzade les réveilla par ces paroles, qu’elle adressa à la sultane :

« Ma sœur, je vous prie de reprendre le conte du pêcheur. »

« Très-volontiers, répondit Scheherazade, je vais vous satisfaire, avec la permission du sultan. »

Le génie, poursuivit-elle, ayant promis de dire la vérité, le pêcheur lui dit :

« Je voudrois savoir si effectivement vous étiez dans ce vase ; oseriez -vous en jurer par le grand nom de Dieu ? »

« Oui, répondit le génie, je jure par ce grand nom que j’y étois ; et cela est très-véritable. »

« En bonne foi, répliqua le pêcheur, je ne puis vous croire. Ce vase ne pourroit pas seulement contenir un de vos pieds ; comment se peut-il que votre corps y ait été renfermé tout entier ? « 

« Je te jure pourtant, repartit le génie, que j’y étois tel que tu me vois. Est-ce que tu ne me crois pas, après le grand serment que je t’ai fait ? »

« Non vraiment, dit le pêcheur ; et je ne vous croirai point, à moins que vous ne me fassiez voir la chose. »

Alors il se fit une dissolution du corps du génie, qui, se changeant en fumée, s’étendit comme auparavant sur la mer et sur le rivage, et qui, se rassemblant ensuite, commença de rentrer dans le vase, et continua de même par une succession lente et égale, jusqu’à ce qu’il n’en restât plus rien au-dehors.

Aussitôt il en sortit une voix qui dit au pêcheur :

« Hé bien, incrédule pêcheur, me voici dans le vase ; me crois-tu présentement ? »

Le pêcheur, au lieu de répondre au génie, prit le couvercle de plomb ; et ayant fermé promptement le vase :

« Génie, lui cria-t-il, demande-moi grace à ton tour, et choisis de quelle mort tu veux que je te fasse mourir. Mais non, il vaut mieux que je te rejette à la mer, dans le même endroit d’où je t’ai tiré, puis je ferai bâtir une maison sur ce rivage, où je demeurerai, pour avertir tous les pêcheurs qui viendront y jeter leurs filets de bien prendre garde de repêcher un méchant génie comme toi, qui as fait serment de tuer celui qui te mettra en liberté. »

À ces paroles offensantes, le génie irrité, fit tous ses efforts pour sortir du vase ; mais c’est ce qui ne lui fut pas possible ; car l’empreinte du sceau du prophète Salomon, fils de David, l’en empêchoit.

Ainsi, voyant que le pêcheur avoit alors l’avantage sur lui, il prit le parti de dissimuler sa colère.

« Pêcheur, lui dit-il d’un ton radouci, garde-toi bien de faire ce que tu dis. Ce que j’en ai fait, n’a été que par plaisanterie, et tu ne dois pas prendre la chose sérieusement. »

« Ô génie, répondit le pêcheur, toi qui étois, il n’y a qu’un moment, le plus grand, et qui es à cette heure le plus petit de tous les génies, apprends que tes artificieux discours ne te serviront de rien. Tu retourneras à la mer. Si tu y as demeuré tout le temps que tu m’as dit, tu pourras bien y demeurer jusqu’au jour du jugement. Je t’ai prié, au nom de Dieu, de ne me pas ôter la vie, tu as rejeté mes prières ; je dois te rendre la pareille. »

Le génie n’épargna rien pour tâcher de toucher le pêcheur.

« Ouvre le vase, lui dit-il, donne-moi la liberté, je t’en supplie ; je te promets que tu seras content de moi. »

« Tu n’es qu’un traître, repartit le pêcheur. Je mériterois de perdre la vie, si j’avois l’imprudence de me fier à toi. Tu ne manquerois pas de me traiter de la même façon qu’un certain roi grec traita le médecin Douban.

C’est une histoire que je te veux raconter, écoute :

« Il y avoit au pays de Zouman, dans la Perse, un roi dont les sujets étoient grecs originairement. Ce roi étoit couvert de lèpre ; et ses médecins, après avoir inutilement employé tous leurs remèdes pour le guérir, ne savoient plus que lui ordonner, lorsqu’un très-habile médecin, nommé Douban, arriva dans sa cour.

» Ce médecin avoit puisé sa science dans les livres grecs, persans, turcs, arabes, latins, syriaques et hébreux ; et outre qu’il étoit consommé dans la philosophie, il connoissoit parfaitement les bonnes et mauvaises qualités de toutes sortes de plantes et de drogues. Dès qu’il fut informé de la maladie du roi, et qu’il eut appris que ses médecins l’avoient abandonné, il s’habilla le plus proprement qu’il lui fut possible, et trouva moyen de se faire présenter au roi.

« Sire, lui dit-il, je sais que tous les médecins dont votre majesté s’est servie, n’ont pu la guérir de sa lèpre, mais si vous voulez bien me faire l’honneur d’agréer mes services, je m’engage à vous guérir sans breuvage et sans topiques. »

Le roi écouta cette proposition.

« Si vous êtes assez habile homme, répondit-il, pour faire ce que vous dites, je promets de vous enrichir, vous et votre postérité ; et sans compter les présens que je vous ferai, vous serez mon plus cher favori. Vous m’assurez donc que vous m’ôterez ma lèpre, sans me faire prendre aucune potion, et sans m’appliquer aucun remède extérieur ? »

« Oui, sire, repartit le médecin, je me flatte d’y réussir, avec l’aide de Dieu ; et dès demain j’en ferai l’épreuve. »

» En effet, le médecin Douban se retira chez lui, et fit un mail qu’il creusa en dedans par le manche, où il mit la drogue dont il prétendoit se servir. Cela étant fait, il prépara aussi une boule de la manière qu’il la vouloit, avec quoi il alla le lendemain se présenter devant le roi ; et se prosternant à ses pieds, il baisa la terre

En cet endroit, Scheherazade, remarquant qu’il étoit jour, en avertit Schahriar, et se tut.

« En vérité, ma sœur, dit alors Dinarzade, je ne sais où vous allez prendre tant de belles choses. »

« Vous en entendrez bien d’autres demain, répondit Scheherazade, si le sultan, mon maître, a la bonté de me prolonger encore la vie. »

Schahriar, qui ne desiroit pas moins ardemment que Dinarzade, d’entendre la suite de l’histoire du médecin Douban, n’eut garde de faire mourir la sultane ce jour-là.












1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 27/11/2011