La Mort d'Arthur - Livre Trois - Le Mariage


Thomas Malory.
Trad: Pierre Goubert

Le Mariage.

 

Reine Guenièvrfe

 

CHAPITRE I
Comment Arthur prit femme et épousa Guenièvre, fille de Léodegan,
roi du pays de Carmélide, grâce auquel il eut la Table Ronde

 

enluminureAU COMMENCEMENT DE SON RÈGNE, après qu'il fut choisi comme roi, par chance miraculeuse et grâce divine, la plupart des barons ignoraient qu'Arthur était le fils du roi Uter Pendragon. Merlin eut beau le faire connaître à tous, beaucoup de rois et de seigneurs lui livrèrent une guerre dure et âpre à cause de cela. Arthur, cependant, les défit tous, car durant la plus grande partie de sa vie, il fut souvent guidé par les conseils de Merlin.
   Il advint donc que le roi dit un jour à celui-ci : « Mes barons ne veulent pas me laisser en repos, tant que je n'aurai pas pris femme, et je n ' en veux prendre aucune que par tes conseils et avis. -Il est bon, répondit Merlin, que vous preniez femme, car un homme de votre état et qualité ne saurait demeurer sans épouse. Maintenant, y a-t-il quelque femme que vous préfériez à toute autre ? -Oui, dit le roi. J'aime Guenièvre, la fille du roi Léodegan, du pays de Carmélide, celui qui possède en sa maison la Table Ronde, dont tu m'as dit qu'il la tenait de mon père, le roi Uter. Cette demoiselle est la plus digne et la plus gracieuse des femmes que je connaisse, parmi celles qu'il m'a été donné de rencontrer. -Sire, repartit Merlin, pour ce qui est de la beauté et de la grâce, elle est bien l'une des plus gracieuses qui soient au monde. Pourtant, si vous ne l'aviez aimée autant que je vous vois l'aimer, je vous aurais trouvé une autre demoiselle dont les attraits et le mérite vous auraient plu et vous auraient satisfait -mais cela, si votre coeur n'avait pas arrêté son choix. Quand le coeur est pris, il n'y a pas à y revenir. -C'est vérité », dit le roi Arthur. Merlin, cependant, à mots couverts, l'avertit qu'il ne lui vaudrait rien d'épouser Guenièvre. Il lui dit que Lancelot l'aimerait et qu'il serait payé de retour. Puis il changea de sujet et passa aux aventures du Saint -Graal.
   Merlin demanda au roi de lui procurer des gens qui le renseigne raient sur Guenièvre. Cela lui fut accordé. Merlin alla devers le roi Léodegan de Carmélide et lui fit part du désir qu'avait Arthur de prendre pour épouse sa fille Guenièvre. « C'est, répondit Léodegan, la meilleure nouvelle que j'aie jamais entendue, qu'un roi aussi valeureux, aussi brave et aussi grand veuille épouser ma fille. Pour ce qui est de mes terres, je lui en donnerais si je pensais qu'il en tirerait satisfaction. Mais il en possède à sa suffisance, il n'en a nul besoin. Je lui enverrai un présent qui lui plaira bien davantage. Je lui ferai don de la Table Ronde, qu'Uter Pendragon m'a offerte. Quand elle est entièrement garnie, y prennent place cent cinquante chevaliers. J'en ai bien cent, mais les cinquante autres me font défaut, tant ils ont été nombreux à trouver la mort depuis que je suis roi. »
   C'est ainsi que Léodegan confia sa fille Guenièvre à Merlin, également la Table Ronde avec ses cent chevaliers. Ils chevauchèrent bon train, avec une magnificence toute royale, voyagèrent tant par terre que par mer, jusqu'à ce qu'ils fussent arrivés près de Londres.

 

Table Ronde

CHAPITRE II

Arthur à Kamelot
Comment les chevaliers de la Table Ronde furent installés
et leurs sièges bénis par l'
archevêque de Cantorbéry

enluminure
LoRSQUE LE ROI ARTHUR sut qu'approchaient Guenièvre et les cent chevaliers avec la Table Ronde, il se réjouit grandement de la venue de la jeune fille et du magnifique présent qui l'accompagnait. Il dit à voix haute: « l'arrivée de cette belle dame est ici accueillie avec joie. Il ya longtemps que je l'aime, et rien ne pouvait m'être plus agréable. Quant à ces chevaliers et à la Table Ronde, ils me plaisent davantage qu'un amas de richesses. » En diligence le roi donna des ordres pour que fussent célébrés le mariage et le cou ronnement, de la manière la plus digne qui pût se concevoir.
    « À présent, Merlin, dit le roi Arthur, va et trouve-moi, en toute l'étendue de ce pays, cinquante chevaliers, les plus valeureux qui soient et les plus en renom. » En peu de temps, Merlin eut trouvé assez d'hommes de valeur pour occuper quarante-huit des places vacantes, mais il ne put en découvrir davantage. On fit alors chercher l'archevêque de Cantorbéry. Il donna sa bénédiction aux sièges, avec une pompe toute royale et beaucoup de solennité. Puis il installa les quarante-huit nouveaux chevaliers. Quand ce fut fait, Merlin leur dit: « Gentils sires, il vous faut tous vous lever et venir rendre hommage au roi Arthur. Il n'en aura que plus d'inclination à pourvoir à vos besoins. » lors ils se levèrent et rendirent hommage à leur seigneur.
   Quand ils furent partis, Merlin sur chacun des sièges grava en lettres d'or le nom du chevalier qui s'était assis là. Seuls deux sièges restaient vides. Alors aussitôt vint le jeune Gauvain, qui demanda au roi une faveur. « Demandez, dit le roi, et je vous l'accorderai. -Sire, je vous demanderai de m'armer chevalier, le jour même où vous épouserez la belle Guenièvre. -Je le ferai de bon coeur, repartit le roi Arthur, et vous conférerai tous les honneurs que je pourrai. C'est pour moi un devoir, considéré que vous êtes mon neveu, le fils de ma soeur. »

 

CHAPITRE III
Comment un pauvre hère demanda au roi Arlhur de faire son fils chevalier


enluminurePRÉSENTEMENT il arriva un pauvre diable à la cour, amenant avec lui un gracieux jeune homme de dix-huit ans monté sur une jument étique; Ce pauvre diable demandait à tous les gens qu'il voyait: « Où pourrais-je trouver le roi Arthur? -Il est là-bas, répondirent les chevaliers. Que lui veux-tu ? » Peu après, il arriva devant le roi, le salua et lui dit: « Oh! roi Arthur, la fleur de tous les chevaliers et de tous les princes, j'implore Jésus de veiller sur toi. Sire, on m'a rapporté qu'à l'occasion de votre mariage, vous accorderiez à quiconque la faveur qu'il vous demanderait, hormis ce qui serait déraisonnable. -C'est vrai, répondit le roi. J'ai fait crier ces choses-là, et je tiendrai ma promesse, pourvu qu'aucune atteinte n'en soit portée à mon royaume ou à ma royauté. -Vous parlez bien et gracieusement, repartit le pauvre diable. Sire, je ne vous demande rien d'autre que de faire mon fils que voici chevalier. -C'est beaucoup me demander, répliqua le roi. Quel est ton nom ? -Sire, je m'appelle Arès le vacher. -Est-ce toi ou ton fils qui est à l'origine de ceci? -Non, Sire, répondit Arès, c'est le souhait de mon fils et non le mien, car je vais vous dire, j'ai treize fils et tous se mettent à la tâche que je leur assigne et sont bien contents de travailler pour moi. Mais cet enfant ne veut pas. Ma femme et moi n'y pouvons rien changer. Toujours il tire à l'arc ou lance des javelines. Il aime assister à des combats, regarder des chevaliers. Jour et nuit il me demande que je le fasse armer chevalier.

 -Quel est ton nom ? demanda le roi au jeune homme. -Sire, mon nom est Tor. » Le roi l'examina et vit qu'il était de fon bonne mine et très robuste pour son âge. -Eh bien, dit-il à Arès le vacher, amène-moi tous tes fils que je les voie. » Le pauvre hère s'exécuta. Tous étaient faits plus ou moins comme lui. Mais Tor ne ressemblait à aucun, d'allure ou de physionomie. Il leur était de beaucoup supérieur. « Maintenant, dit le roi au vacher, où est l'épée avec laquelle il sera fait chevalier? -La voici, dit Tor. -Sors-la du fourreau, commanda le roi, et demande-moi de te faire chevalier. »
    À ce moment Tor quitta sa jument et tira l'épée du fourreau en s'agenouillant et priant le roi de l'adouber et l'accepter à la Table Ronde. « Chevalier je veux bien te faire. » Et le roi le frappa au col du plat de l'épée, disant: « Soyez un bon chevalier. Je prie Dieu que vous le soyez, et si vous faites preuve de bravoure et vaillance, vous serez de la Table Ronde.
    « Maintenant, Merlin, poursuivit Arthur, dites-nous si Tor que voici sera ou non un bon chevalier. -Oui, Sire, il devrait faire un bon chevalier, car il a pour père l'un des hommes les plus valeureux qui soient au monde, et il est de sang royal. -Comment cela se fait-il, messire? -Je vais vous le dire. Ce pauvre homme, Arès le vacher, n'est pas son père. Il n'a avec lui nul lien de parenté. Le roi Pellinor est son père. -Je n'en crois rien, dit le vacher. -Va me chercher ta femme, reparut Merlin. Tu verras qu'elle sera d'un autre avis. »
   Aussitôt on fit chercher la femme, qui était une plaisante mère de famille. Elle répondit à Merlin avec beaucoup de modestie. Elle raconta au roi et à Merlin que, lorsqu'elle était fille et qu'elle était allée traire les vaches, elle avait rencontré un fougueux chevalier. « Moitié par force, il eut mon pucelage et engendra alors mon fils Tor. Il m'enleva mon lévrier, que j'avais avec moi, et me dit qu'il le garderait en souvenir de moi. -Ah ! s'écria le vacher, je n'en savais rien. Mais je le crois sans peine, car jamais il n'a montré de mes qualités. -Messire, dit Tor à Merlin, ne touchez pas à l'honneur de ma mère. -Messire, répliqua Merlin, ceci est à votre avantage plus qu'à votre désavantage, car votre père est homme de bien et prince régnant. Il est tout à fait possible qu'il aide à votre avancement, ainsi qu'à celui de votre mère, car vous fûtes engendré avant son mariage. -C'est vrai, dit la femme. -Et moins pénible ainsi pour moi », dit le vacher.

 

CHAPITRE IV
        
Comment messire Tor fut reconnu pour être le fils du roi Pellinor; et comment Gauvain fut fait chevalier


enluminureLE LENDEMAIN MATIN donc, le roi Pellinor vint à la cour du roi Arthur, qui s'en réjouit grandement et lui parla de Tor. Il lui dit que Tor était son fils et qu'il l'avait fait chevalier à la requête du vacher. Lorsque Pellinor vit Tor, il lui plut beaucoup. Le roi Arthur fit Gauvain chevalier, mais lors de ces fêtes Tor avait été le premier adoubé. « Comment se fait-il, demanda le roi à Merlin, que deux des sièges restent vides ? -Sire, répondit Merlin, nul n'y prendra place s'il n'est d'un mérite tout particulier. Sur le Siège Périlleux nul ne doit s'asseoir qu'un seul, et s'il se trouve quelqu'un d'autre assez hardi pour s'y risquer, il mourra. Celui auquel ce siège est destiné n'aura point d'égal. »
   Là-dessus Merlin prit le roi Pellinor par la main et le mena droit aux sièges. Quand il fut près de la place laissée vide à côté du Siège Périlleux, Merlin dit, de façon que chacun pût l'entendre: « Ceci est votre place, et vous êtes le plus digne de l'occuper de tous ceux qui sont ici. » Messire Gauvain en conçut beaucoup de dépit. Il souffla à Guerrehet, son frère : « Ce chevalier là-bas est fort honoré. J'en suis bien affligé, car il a tué notre père, le roi Lot. C'est pourquoi, dit-il, je le tuerai, moi, avec une épée que l'on m'a envoyée et qui est excellemment affilée. -Vous n'en ferez rien maintenant, répliqua Guerrehet, car pour ma part, à présent, je ne suis qu'un écuyer et, lorsque j'aurai été fait chevalier, je voudrais moi aussi pouvoir me venger de lui. En conséquence, mon frère, mieux vaut que vous patientiez jusqu'à une autre fois, que nous le rencontrions en dehors de la cour. Sinon, nous troublerions ce grand festin. -Je veux bien, répondit Gauvain, faire comme vous le souhaitez. »

 

CHAPITRE V


Comment au festin de mariage du roi Arthur avec Guenièvre,
un cerf fit irruption dans la grand-salle, ainsi que trente couples de chiens,
et comment une chienne mordit le cerf, qui fut emmené

enluminure
LORS le grand festin fut préparé, et le roi fut à Camaalot uni à dame Guenièvre en grande pompe dans l'église de Saint-Étienne. Lorsque chacun eut été placé selon son rang dans la grand-salle avant le banquet, Merlin alla devers les chevaliers de la Table Ronde et leur dit surtout de ne pas bouger, que personne ne quittât la salle: « Vous allez être témoins de quelque chose d'étrange et de merveilleux. » Ils ne bougeaient mie, quand un cerf de couleur blanche fit irruption dans la grand-salle. Une chienne, blanche elle aussi, le serrait de près. Puis suivirent au milieu d'un grand bruit trente couples de chiens noirs courants. Le cerf tourna autour de la Table Ronde. Comme il passait auprès d'autres tables, la chienne blanche le mordit à l'arrière-train et lui arracha un morceau de chair. Là-dessus le cerf fit un grand saut et renversa un chevalier qui était assis à une des tables. Ce chevalier se releva. Il saisit la chienne, sortit de la salle, prit son cheval et partit avec son butin.
   Sur ces entrefaites entra une dame montée sur un palefroi blanc. Elle cria bien haut à l'adresse du roi Arthur: « Sire, ne tolérez point qu'on me fasse pareil tort. Cette chienne que le chevalier a emportée m'apparte nait. -Je n'y puis rien », repartit le roi. Là-dessus survint un autre chevalier, armé de toutes pièces et chevauchant un grand destrier. Il emmena la dame de force, cependant qu'elle poussait des cris et mani festait la plus vive douleur. Quand elle fut partie, le roi en fut content, si grand était le bruit qu'elle faisait. « Ah! mais non, dit Merlin, vous ne pouvez à aussi bon compte être quittes de ces aventures. Il faut les poursuivre, sinon ce serait un déshonneur pour vous et votre festin. -Ma volonté, repartit le roi, est que tout soit fait selon votre conseil. -En ce cas, dit Merlin, appelez messire Gauvain. C'est lui qui doit ramener le cerf blanc. Et, Sire, il faut également appeler messire Tor, car il devra ramener la chienne avec le chevalier qui l'a prise ou bien tuer ce dernier. Appelez encore le roi Pellinor. Il aura charge de ramener la dame partie avec l'autre chevalier. Sinon il lui faudra occire celui-ci. Vos trois chevaliers susnommés vivront de merveilleuses aventures avant de revenir céans. »
   Lors on les appela tous les trois. Chacun d'eux se vit confier sa tâche et s'arma sûrement. À messire Gauvain fut présentée la première requête. C'est donc par lui que nous commencerons.

             

CHAPITRE VI
Comment messire Gauvain s'en fut chercher le cerf, et comment deux frères
combattirent l'un contre l'autre pour la possession dudit cerf


enluminureMESSIRE GAUVAIN chevaucha bon train, de même que Guerrehet, son frère, qui chevauchait à ses côtés pour lui servir d'écuyer. Chemin faisant, ils virent deux chevaliers qui combattaient fort âprement. Messire Gauvain et son frère s'interposèrent et leur demandèrent le sujet de leur querelle. L'un des deux leur dit en réponse: « Nous nous battons pour un motif qui ne mérite pas qu'on s'y arrête, car nous sommes deux frères, nés et engendrés de même père et même mère. -Las ! s'exclama messire Gauvain, pourquoi donc vous battre ? -Messire, répondit le plus âgé, il est venu par ici en ce jour un cerf de couleur blanche. Beaucoup de chiens étaient à sa pousuite. Une chienne, blanche elle aussi, le serrait continuellement de près. Nous avons pensé que c'était là une aventure faite pour le grand festin donné par le roi Arthur. J'ai donc voulu suivre le cerf pour en tirer de la réputation. Mais mon jeune frère alors a protesté que lui voulait le faire, pour ce qu'il était meilleur chevalier que moi. C'est là l'origine de notre dispute. Et puis nous avons songé à faire la preuve duquel était le meilleur chevalier.
   -C'est une vaine querelle, leur repartit messire Gauvain. C'est avec des étrangers qu'il vous faut avoir des démêlés, et non pas entre frères. C'est pourquoi, si vous vous rangez à mon avis, je m'en vais me battre avec vous, ce qui vaut à dire que vous vous rendrez à moi, irez devers le roi Arthur et vous en remettrez à son bon vouloir. -Seigneur chevalier, nous sommes fatigués de combattre, et nous avons perdu beaucoup de sang à cause de notre entêtement. C'est à contre-creur que nous vous affronterions. -Tenez.vous en donc à ce que je vous demande, répliqua messire Gauvain. -Nous consentons à nous soumettre à votre désir. Mais par qui dirons nous que nous sommes envoyés ? -Vous pourrez dire que c'est par le chevalier qui mène la quête du cerf blanc. À présent, comment vous nommez-vous ? -Sorlouse de la Forêt, répondit l'aîné. -Mon nom à moi, répondit le plus jeune, est Driant de la Forêt. » C'est ainsi qu'ils partirent pour se rendre à la cour du roi et que messire Gauvain poursuivit sa quête.
   Tandis qu'il était sur les traces du cerf, se fiant aux aboiements de la meute, juste devant lui il vit une grande rivière, que le cerf traversa à la nage. Messire Gauvain s'apprêta à traverser lui aussi, mais de l'autre côté parut un chevalier qui lui dit: « Seigneur chevalier, ne suis le cerf de l'autre côté de l'eau que si tu acceptes de jouter avec moi. -Je ne faillirai point, répliqua messire Gauvain, à la poursuite de la quête que j'ai entreprise. » Et il fit passer son cheval à la nage. Aussitôt l'un et l'autre couchèrent leurs lances et se coururent sus avec ardeur. Messire Gauvain culbuta son adversaire puis, faisant faire demi-tour à sa monture, ordonna au chevalier de se rendre.« Non, répondit le chevalier, je m'y refuse, bien qu'à cheval tu aies pris le meilleur. Je t'en prie, vaillant chevalier, mets pied à terre et mesurons-nous avec nos épées. -Quel est ton nom ? demanda messire Gauvain. -Alardin des Iles. »
   Lors chacun ajusta son bouclier, et ils se choquèrent. Mais messire Gauvain donna un coup si violent qu'il fendit le heaume, atteignit la cervelle et que le chevalier tomba mort.« Ah! s'exclama Guerrehet, c'était un coup bien puissant pour un jeune chevalier! »

 

CHAPITRE VII
Comment le cerf fut poursuivi jusque dans un château
et là mis à mort, et comment messire Gauvain tua une dame


enluminureLORS Gauvain et Guerrehet chevauchèrent bon train à la poursuite du cerf blanc. Ils lâchèrent contre le cerf trois couples de lévriers, qui le pourchassèrent jusque dans un château. Dans la grand-salle les chiens tuèrent le cerf. Messire Gauvain et Guerrehet suivaient leurs chiens. C'est alors qu'un chevalier sortit d'une chambre, l'épée nue à la main. Il tua deux des lévriers, sous les yeux de messire Gauvain. Quant aux autres, en s'aidant de son épée il les chassa hors du château. Quand il fut de retour, il s'exclama: « Oh! mon cerf blanc, je suis désolé de ta mort, car la dame qui a sur moi tout pouvoir t'avait à moi donné. Bien mal je t'ai gardé, et c'est chèrement que je paierai ta perte, si je survis. » Incontinent il alla à sa chambre, s'arma, sortit avec un air farouche et fit face à messire Gauvain. « Pourquoi avez-vous tué mes chiens ? demanda messire Gauvain. Ils ne faisaient qu'obéir à leur nature. J'eusse mieux aimé que vous fissiez tomber sur moi votre colère plutôt que sur une pauvre bête. -Tu dis vrai, répliqua le chevalier. Je me suis vengé sur tes chiens, et je me vengerai sur toi avant que tu partes. »
   Lors messire Gauvain mit pied à terre. Il ajusta son bouclier. Ils se heurtèrent avec violence, fendirent leurs écus, enfoncèrent leurs heaumes, brisèrent leurs armures, si bien que le sang leur coula jusques aux pieds. Finalement messire Gauvain asséna un coup si rude au chevalier qu'il tomba à terre. Il demanda alors merci, se rendit et requit son adversaire, s'il était chevalier et gentilhomme, de lui laisser la vie sauve. « Tu mourras, dit messire Gauvain, pour avoir tué mes chiens. -Je réparerai mes torts, dit le chevalier, autant que je le pourrai. » Mais messire Gauvain ne voulut pas entendre parler de merci. Il délaça le heaume du chevalier pour lui trancher la tête.

   À cet instant, sa dame sortit d'une chambre et se jeta sur le corps du chevalier, si bien que Gauvain lui coupa la tête sans l'avoir fait exprès- « Hélas! s'exclama Guerrehet, voilà qui est infâme et déshonorant. L'opprobre ne vous en quittera plus jamais. En outre, vous devez accorder votre merci à qui vous la demande, car un chevalier est sans honneur qui n'a point de merci. » Messire Gauvain était si abasourdi de la mort de cette gente dame qu'il ne savait plus ce qu'il faisait. Il dit au chevalier: « Lève-toi, je t'accorde ta grâce.
   -Non, non, repartit le chevalier. Je n'en veux plus à présent. Tu as tué mon amie et la dame que j'aimais plus que tout au monde. -J'en ai grand regret, dit messire Gauvain. Je pensais te frapper, toi. Mais, maintenant, tu iras devers le roi Arthur lui conter tes aventures et comment tu as été vaincu par le chevalier qui partit en quête du cerf blanc. -Peu m'importe, répliqua le chevalier, de vivre ou de mourir. » Pourtant, par peur de la mort, il fit serment d'aller devers le roi Arthur, et Gauvain l'obligea à porter un lévrier devant lui sur sa monture et un autre derrière. « Quel est ton nom, demanda messire Gauvain, avant que nous nous séparions ? -Ablamor du Marais. » Et il partit pour Camaalot
.

 

CHAPITRE VIII
Comment quatre chevaliers combattirent Gauvain et Guerrebet,
et comment ceux-ci furent vaincus et leurs vies épargnées
à la requête de quatre dames

 
enluminureMESSIRE GAUVAIN dans le château se prépara à prendre du repos la nuit entière et voulut ôter son armure. « Que comptez-vous faire ? protesta Guerrehet. Vous proposez-vous de rester sans armure en ces lieux ? Songez que vous pouvez avoir céans bien des ennemis. » Il n'avait pas plus tôt prononcé ce mot que surgirent quatre chevaliers bien armés, qui assaillirent rudement messire Gauvain et lui dirent: « Chevalier de fraîche date, tu as souillé ton honneur de chevalier, car un chevalier sans merci est sans honneur. En outre, tu as occis une gente dame. Le reproche t'en suivra toujours. Sois assuré que de merci tu auras grand besoin avant que tu nous quittes. » Là-dessus l'un d'entre eux asséna à messire Gauvain un coup violent, qui faillit le faire tomber à terre. Guerrehet lui rendit la pareille. Cependant, les choses prirent de côté et d'autre une telle tournure que Gauvain et Guerrehet furent en danger de perdre la vie. Un de leurs ennemis, qui avait un arc, un archer, perça le bras de Gauvain, lui causant une vive douleur. Les deux frères eussent dû être tués, lorsque survinrent quatre dames, qui demandèrent aux chevaliers la grâce de messire Gauvain. Courtoisement, à la requête de ces dames, ils lui laissèrent la vie sauve, ainsi qu'à Guerrehet, et les contraignirent à se reconnaître leurs prisonniers.
       Lors messire Gauvain et Guerrehet se désolèrent grandement. « Hélas ! gémit Gauvain, mon bras me fait beaucoup souffrir. Je pourrais bien en rester estropié. » C'est ainsi qu'il se plaignait amèrement. Le lendemain matin vint à messire Gauvain l'une des quatre dames. Elle avait entendu toutes ses plaintes. Elle lui dit: « Sire chevalier, comment vous portez-vous ? -Je ne me porte pas bien. -C'est votre faute. Vous avez commis un grave forfait en tuant cette femme. Cela vous sera compté comme une grande vilénie. Mais n'êtes-vous pas parent du roi Arthur? -Si fait. -Quel est votre nom ? Il faut me le dire avant que vous partiez. -Mon nom est Gauvain. Je suis fils du roi Lot des Orcades, et ma mère est soeur du roi Arthur. -Ah ! s'écria la dame, vous êtes donc son neveu. J'interviendrai en votre faveur de manière à ce que, par amour pour lui, vous puissiez librement aller le retrouver. »
       Sur ce elle partit rapporter aux quatre chevaliers que leur prisonnier était neveu du roi Arthur et que son nom était messire Gauvain, fils du roi Lot des Orcades. Ils lui donnèrent la tête du cerf, parce que cela faisait partie de sa quête. Puis, sans tarder, ils le relâchèrent, contre la promesse qu'il porterait la morte de la manière suivante: la tête serait pendue à son cou, et le reste du corps posé devant lui sur la crinière de son cheval. Aussitôt il partit pour Camaalot. Dès qu'il fut rendu, Merlin demanda au roi Arthur que sous la foi du serment Gauvain ne laissât rien ignorer de ses aventures, de la manière dont il avait tué la dame, avait refusé sa grâce au chevalier, ce qui avait conduit à la mort de cette dame.
   Le roi et la reine conçurent un vif déplaisir à l'égard de messire Gauvain pour le meurtre de cette femme. Par ordonnance de la reine fut institué un tribunal de dames, afin de juger messire Gauvain. Elles prononcèrent qu'il devrait se ranger du côté de toutes les dames aussi longtemps qu'il vivrait, et combattre en leurs querelles. Par ailleurs, il lui faudrait toujours se montrer courtois et jamais ne refuser sa grâce à quiconque la lui demanderait. Gauvain fit donc serment sur les quatre évangélistes de ne jamais s'opposer à nulle dame, de haute ou basse naissance, que s'il venait à combattre pour une et son adversaire pour une autre.
   Ainsi se termine l'aventure de messire Gauvain, qu'il eut lors du mariage du roi Arthur. Amen.

 

CHAPITRE IX
Comment messire Tor courut à la poursuite du chevalier
qui avait emporté la chienne, et de son aventure chemin faisant


enluminureLORSQUE MESSIRE TOR fut prêt, il monta à cheval et poursuivit le chevalier qui avait pris la chienne. Pendant qu'il chevauchait ainsi, il fit soudain rencontre d'un nain qui frappa sa monture à la tête avec un bâton, de telle sorte que le cheval recula de la longueur d'une lance. « Pourquoi fais-tu cela ? demanda messire Tor. -Parce que tu ne passeras que si tu joutes avec les chevaliers qui sont là-bas dans les pavillons. » Lors messire Tor s'avisa de la présence de deux pavillons. Il en sortait de grandes lances, et deux écus étaient pendus à des arbres auprès. « Je ne puis m'attarder, dit Tor. Je poursuis une quête à laquelle je suis tenu. -Tu ne passeras pas », répliqua le nain. Là-dessus il souffla dans une trompe. Survint alors quelqu'un à cheval, qui ajusta son bouclier et vite s'avança à la rencontre de Tor. Il se plaça face à lui, et ils se heurtèrent de telle sorte que Tor le fit tomber de cheval. Aussitôt le chevalier se rendit à sa merci. « Cependant, messire, j'ai un compagnon en ce pavillon qui ne tardera guère à venir vous combattre. -Il sera le bienvenu », répondit Tor.
   Lors il s'aperçut qu'accourait vers lui furieusement un autre chevalier. Chacun se mit en position de se battre, que c'était merveille à voir. Le chevalier donna un grand coup au mitan du bouclier de Tor. Sa lance se brisa en morceaux. Messire Tor, lui, l'atteignit au travers de son écu, au bas de celui-ci. Sa lance perça les côtes du chevalier, mais sans le tuer. Là- dessus messire Tor mit pied à terre et asséna à son adversaire un grand coup sur le heaume. Le chevalier s'avoua vaincu et demanda merci.
   « Je veux bien, répondit Tor, mais votre compagnon et vous devrez aller devers le roi Arthur et là vous reconnaître prisonniers. -Par qui dirons-nous que nous sommes envoyés? -Vous direz par le chevalier dont la quête est celui qui partit avec la chienne. Maintenant, quels sont vos deux noms ? -Mon nom, dit le premier, est messire Phélot du Languedoc. -Et le mien, dit le second, messire Petitpas de Winchelsea. -À présent partez, dit messire Tor, et que Dieu nous garde, vous et moi!»
   Lors vint le nain, qui s'adressa à messire Tor: « Je vous en prie, accordez-moi une faveur. -Je veux bien, demande. -Je ne vous demande rien d'autre que de consentir à ce que je me mette à votre service. Je ne veux plus servir des chevaliers sans courage. -Trouve-toi un cheval, répondit messire Tor, et suis-moi. -Je sais que vous courez après le chevalier à la chienne blanche. Je vous mènerai là où il est », dit le nain. C'est ainsi qu'ils traversèrent une forêt et finalement décou- vrirent deux pavillons juste à côté d'un prieuré, avec deux écus. L'un était de couleur blanche et l'autre de couleur rouge.

 

CHAPITRE X
Comment messire Tor trouva la chienne près d'une dame,
et comment un chevalier s'en prit à lui pour la possession de cette chienne


enluminureLÀ-DESSUS  messire Tor mit pied à terre. Il prit son épée des mains du nain et ainsi vint au pavillon blanc. Il y vit trois demoiselles couchées, qui dormaient sur un lit de camp. Il alla à l'autre pavillon. Il y trouva une dame endormie. Mais la chienne blanche y était aussi. Elle se mit à aboyer furieusement pour mettre la dame en garde. La dame sortit du pavillon, suivie par toutes ses demoiselles. Aussitôt que messire Tor aperçut la chienne blanche, il s'en saisit et la porta au nain. « Que faites- vous là ? dit la dame. Auriez-vous l'intention de me prendre ma chienne ? -Oui, répliqua messire Tor. Cette chienne, je la poursuis depuis que j'ai quitté la cour du roi Arthur. -Eh bien, chevalier, repartit la dame, vous n'irez pas loin avec elle sans qu'on vous rejoigne et que vous en souffriez. -Je suis prêt à tout ce qui m'adviendra par la grâce de Dieu. » Il enfourcha son cheval et passa son chemin pour se diriger vers Camaalot. Cependant, la nuit était si proche qu'il ne pouvait guère aller plus avant.« Connais-tu un endroit où loger? demanda-t-il au nain. -Je n'en connais aucun, répondit le nain, mais près d'ici il y a un ermitage. Il vous faudra dans ce pays vous contenter de ce que vous trouverez. »
       Peu de temps après ils arrivèrent à l'ermitage et s'y logèrent. Il y avait là de l'herbe, de l'avoine, de quoi nourrir les chevaux. Ce fut bientôt mangé. Quant à leur souper à eux, il se réduisit à peu de chose. Mais ils purent se reposer la nuit entière, jusqu'au matin où ils entendirent pieusement la messe et prirent congé de l'ermite. Messire Tor lui demanda de l'aider de ses prières. Il dit qu'il le ferait et confia son hôte à Dieu. Puis Tor se mit en selle et chevaucha longuement vers Camaalot.
       Il faisait route lorsqu'ils entendirent un chevalier derrière eux les appeler à voix haute: « Arrête, chevalier, et rends-moi ma chienne, que tu as prise à ma dame. » Messire Tor se retourna et vit que l'homme était de bonne mine, qu'il avait belle monture et était bien armé de toutes pièces. Lors il ajusta son écu, prit en main sa lance. L'autre chargea sus à lui avec force. Cavaliers et chevaux furent jetés à terre. Sans tarder les combattants se relevèrent avec agilité, dégainèrent leurs épées avec la rapidité du lion, se couvrirent de leurs boucliers. Les lames percèrent les écus. De chaque côté, il en tomba des éclats. En outre, on enfonça les heaumes, si bien que jaillit le sang chaud. On tailla dans les mailles épaisses des hauberts et les déchira, si bien que du sang coula jusques au sol. L'un et l'autre subirent de graves blessures et furent recrus de fatigue.
      Messire Tor, cependant, vit que son adversaire faiblissait. Il le serra de près, redoubla ses coups et l'amena à se coucher sur le flanc. Lors il lui ordonna de se rendre. « Je n'en ferai rien, répondit Abelin, et ce tant que ma vie durera et que mon âme n'aura pas quitté mon corps, à moins que tu ne consentes à me donner la chienne. -N'y compte pas, dit messire Tor. Ma quête consistait à ramener ta chienne, ou toi, ou les deux ensemble. »

 

CHAPITRE XI
Comment messire Tor vainquit le cbevalier,
et comment celui-ci perdit sa tête à la requête d'une dame


enluminureLÀ-DESSUS il survint une dame montée sur un palefroi. Elle ne pouvait aller plus vite. Elle poussait de grands cris à l'adresse de messire Tor. « Que me voulez-vous ? demanda-t-il. -Je vous en conjure, répondit- elle, pour l'amour du roi Arthur accordez-moi une faveur. Je le requiers de vous, gentil chevalier, en tant que gentilhomme. -Demandez votre faveur, dit messire Tor, et j'y consentirai. -Grand merci, repartit la dame. Maintenant, ce que je voudrais, c'est la tête de ce fourbe de chevalier, Abelin. C'est le plus infâme qui soit au monde et le plus grand criminel. -Je suis bien fâché, dit messire Tor, de vous avoir promis une faveur. Permettez qu'il répare la faute qu'il a commise contre vous. -Cela ne se peut. Il a tué mon frère sous mes yeux, lequel aurait prouvé qu'il était le meilleur chevalier des deux, s'il lui avait fait grâce. Je suis restée à genoux une demi-heure dans la boue devant lui pour sauver la vie de mon frère. Mon frère ne lui avait fait aucun tort. Il lui avait livré combat, mais c'était le hasard des rencontres. J'ai eu beau faire, il lui a tranché la tête. C'est pourquoi je le requiers de votre chevalerie, accordez-moi la faveur que je vous ai demandée, ou je vous ferai honte parmi tous les courtisans du roi Arthur. C'est le plus faux de tous les chevaliers qui soient au monde, et il a causé la perte de plus d'un qui avait grand mérite. »
   Lorsqu'Abelin entendit cela, sa peur s'accrut. Il se rendit et demanda grâce. « À présent, dit messire Tor, je ne puis vous l'accorder sans qu'on me reproche de faillir à ma promesse. Auparavant je vous aurais fait quartier, mais vous n'avez pas voulu le demander, à moins d'obtenir la chienne qui était l'objet de ma quête. » Là-dessus Tor lui ôta son heaume, mais il se leva et s'enfuit. Messire Tor le pourchassa et d'un coup d'épée lui trancha la tête.
   « Maintenant, messire, dit la dame, la nuit va tomber. Je vous prie de venir loger chez moi. C'est tout près d'ici. -Je veux bien », répondit messire Tor, dont le cheval, comme son cavalier, avait fait pauvre chère depuis leur départ de Camaalot. Il chevaucha donc avec elle, et elle lui fit fort bon accueil. Elle avait pour mari un vieux chevalier des plus courtois, qui lui fit aussi fort bon accueil et pourvut de belle façon à ses besoins et à ceux de sa monture.
   Le lendemain matin, Tor ouit la messe, déjeuna et prit congé du vieux chevalier et de la dame, qui le prièrent de leur dire son nom.

 À Suivre ...

4 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (7)

1. paris escorte (site web) 17/05/2013

There are some really great ideas here. Can’t wait to put some of these into action. Its really going to bring good vibrations where the vibrations should be.

2. Paris escort agency (site web) 14/05/2013

Quelle est la meilleure plateforme de blogging pour un podcast ou un blog vidéo?

3. Cannes escorte (site web) 18/03/2013

Wow , disposition du blog merveilleux! Combien de temps avez-vous été blogging pour les ? vous faites blogging semble facile. L’ aspect général de votre site est fantastique , et encore moins le contenu! meilleurs voeux !

4. escorts Paris (site web) 17/03/2013

I loved as much as you will receive carried out right here. The sketch is attractive, your authored material stylish. nonetheless, you command get got an edginess over that you wish be delivering the following. unwell unquestionably come further formerly again as exactly the same nearly very often inside case you shield this increase.

5. escortes girl (site web) 02/11/2012

J'envie votre capacité à publier merveilleux article sur www.meluzyne -au -pays- des- legendes.com simplement voulu dire que j'aime ça! vous souhaite bonne chance

6. Méluzyne (site web) 21/07/2009

Merci Delonnois pour votre commentaire. comme vous avez pu le voir en parcourant la partie "blog" de mon espace qui traite du sujet, j'ai commandé le livre 4 à la fnac. voici l'adresse de la fnac pour ceux qui sont intéréssés ! http://livre.fnac.com/a1334272/Thomas-Malory-Le-roman-du-roi-Arthur-et-de-ses-chevaliers-de-Table-ronde?PID=1
Mes écrits sont la transcription du site suivant : http://membres.lycos.fr/pfv/graalhome.shtmlDès que je le recevrai, je le mettrai en ligne.
Image" rel="iframe" title="Link">Image" width="120" border="0" alt="Image" />

7. Delonnois 21/07/2009

bonjour, tout d'abord, bravo pour votre site très bien illustré. Je cherche l'intégral de la traduction de Malory par Goubert, vos avez pris la peine de mettre sur ce site 3 livres, pensez vous mettre en ligne la suite?

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 02/12/2011