B * Le Roi Arthur - Le mythe arthurien

 

La Légende D'Arthur

 





  La légende arthurienne est née quelque part en Grande- Bretagne, et non pas sur le continent; quelque part dans le sud-ouest de l'Angleterre, entre le sud du Pays de Galles et la péninsule de Cornwall. C'est la tradition populaire locale qui l'affirme. Cette tradition est d'ailleurs confirmée par les nombreux vestiges archéologiques qui sont disséminés entre Caerllion-sur-Wysg et Penzance en passant par Glastonbury. Mais, à partir de là, que d'incertitudes ! Le nom dArthur, en effet, se rencontre en de multiples endroits de cette île de Bretagne, marqué dans la toponymie ou dans l'appellation donnée à un vestige des temps anciens, particulièrement à un monument mégalithique.

C'est ainsi que, très au nord, du côté de Perth, donc en Écosse, on remarque un Creux d’Arthur et une Roche d'Arthur. Près d'Edinburgh se trouve le Siège d’Arthur, et près de Dunbarton, dans l'ancien royaume breton de Strathclyde, un lieu élevé est appelé Ben Arthur, c'est- à-dire le « Sommet d'Arthur ». Non loin de Melrose Abbey, d'après la tradition locale, on raconte que le roi Arthur dort d'un sommeil magique dans une grotte ; mais il y a d'autres récits de ce genre sur les flancs du Snowdon, dans le nord-ouest du Pays de Galles, ainsi que dans la région de Caerllion-sur-Wysg. On ajoute même qu'il est entouré de tous ses chevaliers qui attendent son réveil pour se lancer de nouveau dans leurs expéditions. On apprend aussi que les trésors d'Arthur sont cachés près de Marchlynn Mawr, dans l'ancien comté de Caernarvon, autrement dit dans le Gwynedd: celui qui les découvrirait par hasard en serait tellement ébloui qu'il risquerait d'oublier de remonter à la surface et resterait prisonnier dans la grotte. Dans l'ancien comté de Merioneth, au lac nommé Llyn Barfod (« lac barbu »), on montre encore l'endroit où Arthur a tué un monstre qui avait son repaire sous les eaux et qui menaçait le pays d'inondation. D'ailleurs, son cheval a laissé l'empreinte de son sabot sur une roche. Le Flintshire a une Colline d’Arthur, le Glamorgan, une Pierre d’Arthur, le Breconshire, une Chaire d’Arthur. Entre le Brecon et l'ancien comté de Carmarthen, dans la montagne d'Amanw, se trouve le Lit d’Arthur. Dans le Somerset, South Cadbury, ancienne forteresse celtique, est évidemment Camelot ou Kamaalot, l'une des résidences favorites d'Arthur et de ses compagnons. Mais il y a mieux dans ce même comté, à Glastonbury, se trouve la tombe du roi Arthur et de la reine Guenièvre, dans l'abbaye elle-même, non loin d'un mystérieux puits qui passe pour recéler le saint Graal.

C'est dans le Comwall que les souvenirs arthuriens sont les plus nombreux sur une surface restreinte. On sait qu'Arthur a été conçu au château de Tintagel, mais il a sillonné le pays : ainsi, il y a un Four d’Arthur entre Bodmin et Exeter, four que l'on montra vers l'an 1100 à des moines venus de Laon et qui en ont laissé le témoignage. Près de Bodmin, ce sont la Cuisine d’Arthur et le Hall d’Arthur. À Camelford, c'est à l'emplacement du Slaughter Bridge qu'il a été mortellement blessé, mais on connaît bien sa forteresse à Kelliwic, autrement dit Egloshayle, près de Padstow. Et il a caché une magnifique table d'or sous le Mont Bossiney, un tertre situé entre Tintagel et Boscastle. Sans parler de dolmens qui portent le nom d'Arthur...

A côté de cette accumulation de lieux marqués par Arthur, la Bretagne armoricaine paraît bien pauvre. On n'y relève en effet que deux endroits qui aient suscité son parrainage, tous deux situés dans la forêt de Huelgoat (Finistère), Il s'agit du Camp d’Artus qui est une forteresse de l'Âge du Fer, réutilisée à la période des Âges Sombres, toujours impressionnante par ses vastes remparts de pierre et de terre, mais peu visible car perdue au milieu des arbres, et d'une modeste grotte à laquelle en a donné le nom de Grotte d’Artus. On pourrait ajouter à ces deux sites un dolmen en ruine qui se trouve sur l'îlot d'Aval, à proximité immédiate de l'Île-Grande en Pleu- meur-Bodou (Côtes-d'Armor), et que l'on appelait autre- fois Tombeau d’Arthur. Cela paraît une localisation due au nom de l'îlot, Aval, qui signifie « pomme » en breton, et rappelle bien sûr la fabuleuse île d'Avalon où le roi Arthur est en dormition. Mais, depuis la Seconde Guerre mondiale, l'appellation est passée à un dolmen en bien meilleur état qui se trouve sur l'Île-Grande. Quant à la Lieue de Grève, vaste plage de sable entre Saint-Efflam et Saint-Michel-en-Grève, elle passe, dans certaines traditions locales, pour avoir été le théâtre d'un fabuleux combat entre Arthur et un dragon, combat sans vainqueur et qui n'a pu s'achever que par l'intervention de saint Efflam. Quant au hameau de Port-Arthur en Pluméliau (Morbihan), il semble qu'il faille en rejeter tout apparentement avec la légende arthurienne. Ce hameau, situé non loin de Talvern-Nénèze (Tal-vern, « haut du marais », Nénèze, altération de en-hent-Ahès, « le chemin d'Ahès », appellation générique des voies romaines en Armorique), au passage de la grande voie qui reliait Rennes à l'Aber Vrach par Castennec (Bieuzy-les-Eaux), doit ce nom au souvenir du propriétaire d'une ferme (porh, en breton vannetais et en pleine terre, désigne une simple cour de ferme).

Sur le reste du continent, Arthur ne semble guère avoir laissé de traces, ni dans la toponymie, ni dans la mémoire populaire. C'est tout juste si l'on peut signaler, aux limites du département de la Manche et de celui de l'Orne, non loin de Lonlay-l'Abbaye et de la Lande pour rie, une petite vallée encaissée qui porte le nom de Fosse Arthour, ainsi que plus à l'est, au nord de Domfront (Orne), dans la commune de Saint-Bômer les Forges, un hameau appelé l’arthour. Il est vrai que ce territoire fait partie d'un étrange « Pays de Lancelot du Lac » que l'on redécouvre actuellement.

Mais Arthur n'est pas seul dans les récits concernant le Graal et la Table Ronde. Beaucoup d'autres personnages, comme Merlin, Tristan ou même la fée Morgane, ont imprégné de leur ombre la mémoire populaire et donné lieu à des appellations diverses. De plus, les événements relatés dans ces récits, qui sont toujours situés dans un endroit précis, se retrouvent parfois dans la toponymie, aussi bien en Bretagne armoricaine que sur toute l'étendue de l'île de Bretagne. La légende arthurienne a été très célèbre pendant tout le Moyen Age, et elle a marqué l'imaginaire européen de façon durable, surtout dans certaines régions.
(Extrait de "petite Encyclopédie du Graal" de Jean Markale)


Cest au milieu du 12ème siècle que la légende d'arthur fut transcrite en vers français par un trouvère normand, Robert Wace, dans le Roman de Brut (c’est-à-dire de Brutus). Vers la même époque, Élie de Boron et Rusticien de Pise rédigèrent en prose cette légende.

Le Roman de Brut conte, entre autres épisodes, comment le prince Arthur naquit d’un prince d'armorique, Uterpendragon qui, grâce à un prodige, avait réussi à prendre la personnalité du roi de Cornouailles, Gorloe. La mère d'Arthur se trouvait être l'épouse de ce roi à transformations. Le jeune prince avait pour aïeux bretons les pères les plus illustres des diverses branches de la race. Était-ce suffisant pour en faire le prince du plus grand renom ? Non sans doute, puisque le romancier n’hésite pas à le faire descendre aussi du père des Romains, le « pieux Enée » ! Il rappelle les exploits dont le prince s’illustre dès que, en son jeune âge, il paraît sur les champs de bataille. Bientôt l’île de Bretagne ne lui suffit plus. Il n’a de cesse de soumettre l'Irlande puis porte le combat au Danemark, en Norvège, terres sitôt conquises. Il arrache la France au général romain gouverneur de Paris. Jusqu’en Italie, il conduit une innombrable armée à la victoire. Chemin faisant, il s’attaque aux grands seigneurs du Mal. Il extermine les géants et les monstres. Ses victoires, il les doit aux vertus guerrières de son épée qui a nom Calibourne (présent des fées de l’île dAvalon à leur protégé) et à son bouclier, orné d'une image " faite à la semblance de Madame Sainte Marie ".

Le prince devenu roi tient ses cours ordinaires en tel ou tel de ses châteaux préférés et sa cour plénière à Carlion en l'actuel Pays de Galles. Le trouvère fait une longue et minutieuse description de la célébration des grandes fêtes. Les plus illustres et les plus vaillants d’Europe ne manquent de venir rendre hommage au roi Arthur, suprême monarque de l’Europe.
« ... Il n’y avait pas un Ecossais, pas un Breton, pas un Français, ni un Normand, un Angevin, ni un Flamand, un Bourguignon, ni un Lorrain, ni aucun chevalier d’Orient ou d’Occident qui ne se crût obligé de paraître à la cour dArthur. Qui recherchait Gloire et Renommée y venait assurément, tant pour juger de la courtoisie dArthur que pour admirer ses Etats, connaître ses barons et recevoir de riches présents. Les pauvres gens l’aimaient, les riches l'honoraient. Les rois étrangers l’enviaient et le redoutaient. Ils craignaient qu’il en vînt à conquérir le monde entier et à leur ravir leur couronne. »

Le Roman de Brut décrit les rites de la cour plénière. Il conte comment les visiteurs, venus rendre hommage, s’honorent et se réjouissent de rencontrer le sénéchal d'Arthur, le Manceau maître Ké, Beduier l’Angevin, échanson du maître, Gauvain, homme du Nord, et le roi des Bretons d'Armorique, Hoël, cousin et allié du roi Arthur. Wace explique pour quelles raisons le roi créa l'ordre de la Table Ronde, " dont les Bretons racontent mainte fable ". Assis autour de la table dans les occasions majeures de la cour plénière" tous les chevaliers étaient égaux quels que fussent leur rang et leur titre. Tous étaient servis à table de la même manière. Aucun deux n’avait lieu de se vanter d’occuper une place plus honorable que son voisin. Il n’y avait parmi eux ni premier ni dernier ."

Les épreuves du roi remplissent la dernière partie du Roman de Brut. Arthur se voit trahi par son bien- aimé neveu Mordred. Sa femme, la reine Guenièvre, lui est ravie. Lui-même est blessé mortellement à la bataille de Camlan. Mais l'oeuvre de Wace ne se termine pas sur les déplorations de cette mort. Plutôt sur la certitude dune résurrection : sous un tertre sacré, de l'île d’Avalon, veillé par les fées, Arthur dort d’un sommeil qui n’est que le prologue d’une nouvelle, héroïque et merveilleuse histoire.
Précédant de peu le roman en prose sur le même sujet, ce Roman de Brut en vers est la première œuvre littéraire composée en français qui présente le roi Arthur, les personnages de sa cour, leurs caractères, les situations, les événements principaux de la vie seigneuriale.

Il est évidemment impossible que les données du Roman de Brut soient de l’invention du seul trouvère normand. Sans doute ne se réfère-t-il explicitement à aucune source, mais ses auditeurs et lecteurs étaient gens avertis. Ils pouvaient deviner que l'oeuvre récitée était l'écho d'oeuvres plus anciennes, ce dont nous pouvons aujourd’hui produire des preuves. Ces oeuvres anciennes armoricaines et galloises - attestent la très haute antiquité du personnage d'Arthur et une certaine authenticité de son caractère héroïque.
Dès le haut Moyen Age, Arthur apparaît comme le défenseur des Bretons, le plus fameux des chefs de guerre qui menèrent la lutte contre l’envahisseur saxon.

Dans la compilation la plus ancienne que représente l’Historia Brittonum de Nennius( IXe siècle),l'auteur décrit les douze batailles livrées victorieusement par Arthur contre les Saxons. Il situe en 516 la victoire capitale du mont Badon. Les Annales Cambriae (Annales de Cambrie), qui datent des environs de l'an mille, rappellent la bataille de Camlan (537) où le chef de guerre trouve sa mort. (Peut-être commandait-il une cavalerie de mercenaires, épouvante de ces Saxons venus du bassin de la Tamise et poussant leurs troupes vers l'ouest de l'île.)

La littérature galloise la plus ancienne nous apporte les premières grandes images épiques du héros. Elles apparaissent dans le Livre d'Aneurin, le Livre de Taliésin, le Livre noir de Carmarthen. D'oeuvre en oeuvre et de siècle en siècle, ces images se transforment et s’enrichissent. Il apparaît dèsl'origine que la tradition épique, à la fois historique et légendaire, dérive de représentations mythiques. Devenu fabuleux, le héros descend d'un père qui ne l'est pas moins : Uterpendragon Uter-à-la-tête-de-dragon) est un Personnage mythologique qui se désigne comme « Roi des ténèbres, mystère voilé, grand ordonnateur de la guerre ». Par l'effet de ses exploits, on le nomme "Miracle de l'Epée ". Il décime les armées. Il foudroie les châteaux. Son bouclier est l’arc-en-ciel. On le célèbre avec les mêmes louanges que celles adressées au soleil. Mais la fortune du roi change lorsqu’il prétend conquérir des régions de l'autre Monde.
Dans le « Poème des dépouilles », trentième poème du Livre de Taliésin, le barde cambrien rapporte le désastre subi par le Roi et trois grandes nefs partis conquérir l'île des Fées, ayant dessein de s’emparer du « chaudron merveilleux » et de délivrer un prisonnier de marque,le prince Gweir, condamné à chanter sans cesse jusqu’à l'heure du jugement dernier. Mais l'expédition échoue, mortelle pour la plupart des audacieux. Un autre poème bardique assure que le roi fut enlevé au ciel où il règne sous l’image de la constellation de la Grande Ourse, appelée en langue galloise le « Chariot dArthur  » .

Cest ainsi que le souvenir toujours très présent de l'Arthur historique, magnifié par l’imagination héroïque, donna très tôt naissance à l’Arthur mythologique dont, cinq à six siècles plus tard, allaient s’inspirer les premiers romanciers français.

Cest par un mouvement inverse que vers le IXè siècle la sagesse bardique allait humaniser la figure mythologique du roi Arthur et substituer même à l'Arthur historique un Arthur bardique hunain, très humain, dont les romanciers futurs devaient garder beaucoup de traits. (Cest le même mouvement qui, à la même époque, dans le premier roman gallois arthurien de Culhwch et Olwen humanise et héroïse à la fois les figures mythologiques des Mabinogion.)

(texte: J-Pierre Foucher, préface 'Romans de la Table Ronde' Ed. FOLIO)

 

7 votes. Moyenne 1.50 sur 5.

Commentaires (5)

1. adult website builder (site web) 23/05/2013

vaut la lecture. J'ai trouvé très instructif www.meluzyne-au-pays-des-legendes.com que j'ai fait des recherches beaucoup ces derniers temps sur des questions pratiques telles que vous parlez ...

2. moscow escort ladies (site web) 23/03/2013

Een goede zaak dat de morgen zich voortaan gaat toeleggen op dat waar ze echt goed in zijn en niet meer op dat waar een paar van hun gefrustreerde journalistjes dachten goed in te zijn. Als DM voortaan vooral cultureel en wetenschappelijk nieuws kan brengen in plaats van politieke science fiction en sociale fantasie dan verdienen ze binnenkort misschien ook effectief het label van ‘kwaliteitskrant’ dat ze zich tot hieroe vooral zelf aanmaten

3. cool free iphone apps (site web) 09/02/2013

Je dois écrire sur deux pages pour l'écriture créative. Avez-vous des idées que je pourrais utiliser, ou un sujet par le papier? Je vous remercie!.

4. web site promotion (site web) 29/01/2013

J'ai eu un magazine en ligne depuis 3 ans, et nous sommes à la recherche pour pimenter le site. Nous avons utilisé Joomla, mais sont maintenant à la recherche de quelque chose de nouveau. Est Wordpress mieux que Joomla? Nous allons ajouter le contenu des articles riches sur le site: vidéos, etc Toutes les suggestions?.

5. CACA (site web) 27/01/2010

horrible ton truc

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 02/12/2011