RÊ et ISIS

http://www.egiptologia.net/isis/extbar03.html

 

Rê et Isis


Paroles du dieu qui vint à l'existence de lui-même, qui créa le ciel, la terre et l'eau, le souffle de la vie et le feu, les divinités et les hommes, le bétail, les serpents, les oiseaux et les poissons ; le roi des hommes et des dieux réunis dont les limites vont au-delà des années, et possédant beaucoup de noms, inconnus de celui-ci ou inconnus de celui-là.

Isis était une femme intelligente ; son cœur était plus habile que celui de millions d'hommes ; elle avait plus de discernement qu'un million de dieux ; elle était plus judicieuse qu'un million d'esprits. Elle n'ignorait rien de ce qui était dans le ciel et sur la terre, à l'égal de Rê, qui avait créé ce qui est sur la terre. Mais elle souhaitait, en son cœur, connaître le nom de ce dieu auguste.

Rê, chaque jour, entrait à la tête de son équipage et s'asseyait sur le trône des Deux Horizons. Le grand âge du dieu rendait sa bouche molle ; aussi laissait-il tomber sa salive sur le sol, ou bien il crachait en la jetant à terre. Isis (un jour) la pétrit en ses mains avec la terre sur laquelle elle se trouvait ; elle lui donna la forme d'un serpent sacré, et le modela tel un trait prêt à s'élancer. Mais, devant elle, il ne bougea pas ; aussi put-elle le placer à la croisée des chemins que le dieu auguste avait coutume de suivre, selon son désir, sur le Double Pays.

Le dieu fit son apparition hors des portes de son palais, tandis que les divinités du palais étaient en sa suite, afin de se promener, comme chaque jour. Alors le serpent sacré le mordit, et le feu de la vie sortit de lui, puis l'animal se cacha dans les roseaux. Le dieu ouvrit la bouche et la voix de Sa Majesté atteignit le ciel. Son Ennéade dit : " Qu'est-ce donc ? Qu'est-ce donc ? " ; ses dieux dirent : " Quoi donc ? Quoi donc ? " Il ne pouvait leur répondre, ses lèvres tremblaient, ses membres étaient secoués, car le poison avait pris possession de son corps, de même que le grand Nil charrie tout derrière lui.

Le grand dieu affermit alors son cœur et il appela ceux qui étaient en sa suite : " Venez à moi, vous qui êtes venus à l'existence hors de mon corps, dieux qui êtes issus de moi, afin que je vous fasse connaître ce qui m'est arrivé. Une chose douloureuse m'a mordu. Mon cœur ne la connaît pas, mes yeux ne l'ont pas vue, ma main ne l'a pas faite. Je ne reconnais en elle aucun des éléments de ma création. Mais je n'ai jamais ressenti une souffrance comme celle-là ; il n'y a rien de plus pénible que cela. Je suis un Souverain, fils de Souverain, une semence divine venue à l'existence comme dieu. Je suis le Grand, fils du Grand, celui dont le nom fut pensé par son père. J'ai beaucoup de noms et beaucoup de formes. Ma forme est aussi en chaque dieu. Je suis celui que l'on appelle Atoum et Horus le loué. Mon père et ma mère m'ont dit mon nom, et je l'ai caché en mon corps hors de portée de mes enfants de peur qu'un pouvoir soit donné à un magicien contre moi. Or je sortais pour voir ce que j'avais créé, je me promenais sur le Double Pays que j'avais fait, lorsqu'une chose me mordit que je ne connais point. Ce n'est pas le feu, ce n'est pas l'eau, mais mon cœur brûle, mon corps tremble et mes membres ont froid. Que mes enfants, les dieux me soient amenés, avec des paroles bénéfiques - les dieux qui savent les formules magiques et dont la connaissance atteint le ciel ".

Alors les enfants du dieu vinrent à lui, chacun d'eux se lamentant. Isis s'en vint avec son pouvoir et ses incantations magiques, possédant le souffle de la vie, avec ses incantations magiques pour repousser la maladie, avec ses paroles capables de rendre la vie à une bouche qui étouffe. Elle dit : " Qu'est-ce-donc ? Qu'est-ce donc ? ô mon divin père ! L'un de tes enfants aurait-il levé la tête à ton encontre ? Alors je le ferai tomber grâce à mon pouvoir magique parfait, et je ferai qu'il soit chassé de la vue de tes rayons ".

Le dieu auguste ouvrit la bouche : " En vérité, je marchais sur le chemin, je me prosternais dans le Double Pays, mon cœur souhaitant de revoir ce que j'avais créé, lorsque je fus mordu par un serpent que je n'aperçus même point. Ce n'est pas le feu, ce n'est pas l'eau, mais je suis plus froid que l'eau et plus chaud que le feu ; tout mon corps transpire, et je tremble ; mon regard n'est pas ferme, je ne vois plus ; et le ciel fait que l'eau inonde mon visage comme au temps de l'été ".

Isis répondit : " Dis-moi ton nom, mon divin père ! Car un homme revit lorsqu'il est appelé par son nom ". - " Je suis celui qui a fait le ciel et la terre, qui a lié les montagnes, qui a créé ce qui existe sur eux. Je suis celui qui a fait l'eau, de telle sorte que la vache nommée Mehet-Ouret put venir à l'existence. J'ai fait le taureau pour la vache, de telle sorte que la jouissance sexuelle vînt aussi à l'existence. Je suis celui qui a fait l'empyrée et les mystères des deux horizons, j'ai placé là les ba des dieux. Je suis celui qui fait venir la lumière lorsqu'il ouvre les yeux, et amène l'obscurité lorsqu'il les ferme. L'eau du Nil coule selon son ordre, celui dont les dieux ignorent le nom. Je suis celui qui a fait venir à l'existence les heures et les jours, je suis celui qui a établi la répartition des fêtes de l'année, et qui a créé le fleuve. Je suis celui qui a fait le feu de la vie, afin de donner existence aux œuvres des temples. Je suis Khepri au matin, Rê au zénith, Atoum dans le soir/ "

- Mais cela n'arrêta pas le poison dans sa course, et le grand dieu ne se remettait point.

Isis dit alors à Rê : " Ton nom n'est pas parmi ceux que tu m'as dits. Dis-le-moi donc, et le poison sortira, car un homme revit lorsque son nom est prononcé ".

Le poison brûlait de toute sa brûlure, il était plus fort que la cuisson du feu. Alors Rê dit : " Prête-moi tes oreilles, ma fille Isis, de telle sorte que mon nom passe de mon corps dans ton corps. Le plus divin des dieux l'a caché, pour que ma place soit vaste dans le navire des millions d'années. Lorsqu'il sera sorti de mon cœur, dis-le à ton fils Horus, en le liant par un serment divin, en ayant placé Dieu devant son regard ". Et le grand dieu divulgua son nom auprès d'Isis, la Grande Magicienne.

" Ecoule-toi, poison du scorpion. Sors de Rê et de l'œil d'Horus ! Sors du dieu, ô brûlant, selon mon incantation ! Je suis celle qui agit et je suis celle qui chasse. Va-t-en dedans la terre, puissant poison ! Vois, le grand dieu a divulgué son nom. Rê vit, le poison est mort ! " - Selon les mots d'Isis, la grande magicienne, la maîtresse des dieux, qui connaît Rê par son nom.

Paroles à prononcer sur une image d'Atoum, Horus le loué, une figure d'Isis et une image d'Horus, peintes sur la main du malade et qui doivent être léchées par cet homme. Cela peut être fait aussi sur une bande de lin très fin que l'on placera sur la gorge du malade. Ceci est un procédé pour agir contre le poison du scorpion. Ou bien encore, on pourra agir de même avec de la bière et du vin qui seront bus par l'homme qu'un scorpion a mordu. C'est cela qui détruit le poison. Vraiment efficace, un million de fois.
(Textes sacrés et textes profanes de l'ancienne Egypte II, traductions et commentaires par Claire Lalouette, Connaissance de l'Orient, Gallimard)

Osiris, frère et époux d'Isis, avant d'être assimilé par certains au soleil Râ, fut d'abord un dieu Lunaire. 

Isis porte les cornes de la fertilité est est symbolisée par une vache, animal lunaire...  

 

On sait que, dans le mythe d'Isis et d'Osiris, Seth, méchant et jaloux, décida de se débarrasser de son frère. Il fit construire un coffre en bois précieux et déclara au cours d'un banquet qu'il l'of­frirait à celui dont le corps s'ajusterait exactement à ses dimensions.

Osiris, qui était très grand, un véritable géant d'environ cinq mètres de long, s'y installa et, aussitôt, Seth, aidé de 72 complices -les 72 génies des demi-décans du zodiaque­- referma le lourd couvercle sur lui et le scella avec du plomb fondu. Puis Seth et ses complices portèrent le coffre sur le Nil et le firent descendre jusqu'à la mer.

 Cela, nous dit-on, se passait au 17e jour de la lunaison, « le 17 du mois d'Athyr » « et la 28e année du règne d'Osiris ».

 

Interprétation lunaire du mythe

  Or, le 17e  de la lunaison correspond au moment où la Lune commence à décroître comme le 17 du mois d'Athyr corres­pondait à la fin d'octobre et aux trois quarts du mois de novembre, soit au moment de la décrue du Nil.

 Quant au nombre 28 nous retrouvons là la durée d'un cycle lunaire compté en levers de la Lune et transposé dans le mythe en années.

 Durant ce cycle, bien sûr, la Lune traverse les 72 demi-décans.  

Le coffre d'Osiris, porté par les courants de la Méditerranée, se retrouva en Phénicie, à Byblos, où il vint s'encastrer dans le tronc d'un tamaris.

 Isis, partie en barque à la recherche de son époux, arriva jus­qu'à Byblos. S'étant fait reconnaître auprès du roi, elle se fit donner le tronc avec le cercueil et retourna en Égypte où elle cacha le cercueil dans les marais du Delta.

 Mais, alors qu'il chassait au clair de Lune, Seth retrouva le corps qu'il coupa en 14 morceaux et, de tous côtés, les dispersa.

  Isis alors remonta sur sa barque de papyrus, bien décidée à retrouver les 14 morceaux du corps de son bien-aimé, à tra­vers le labyrinthe du marais, mais elle n'en retrouva que 13. La seule partie qu'elle ne parvint pas à retrouver, malgré tous ses efforts et malgré l'aide des obligeants crocodiles, fut le membre viril car il avait été mangé par des poissons. Toutefois il avait eu le temps de donner au fleuve sa force fécondante. 

Isis se résolut à fabriquer un phallus artificiel et le consacra. C'est ce phallus « dont aujourd'hui encore les Égyptiens célèbrent la fête ».

 

Nous avons donc ici un dieu lunaire dont la mise à mort commence au moment de sa décroissance.

La Lune meurt au terme de son cycle de 28 levers (dans le cycle de 30 jours d'une Nouvelle Lune à une autre Nouvelle Lune, il y a 28 levers de Lune observables) c'est-à-dire à sa disparition lors de sa conjonction avec le Soleil. « Ce nombre 28, confirme Plutarque, est le nombre de jours pendant lesquels la Lune éclaire. »

Plutarque: « Les Égyptiens, dit-il, interprètent le dépeçage d'Osiris en 14 morceaux comme un symbole des jours pendant lesquels la Lune décroît après la Pleine Lune jusqu'à la néoménie.»  

Le croissant, symbole du phallus, en Inde et en Mésopotamie, est perdu puisque la Lune a disparu.

 Mais heureusement, Isis en fabrique un et dès lors le dieu ressuscite et peut à nouveau être fécond.  

 

 

Isis à ressuscité Osiris, elle lui a donné une nouvelle naissance, la possibilité de réaliser de nouveau un cycle de vie…comme la Lune.

Isis donne ensuite naissance à son fils Horus, le Soleil nouveau bienfaisant et non desséchant et la nouvelle pousse.

Nous retrouvons là encore tout comme en Mésopotamie le Soleil fils de la Lune.

 

Osiris, dieu des enfers

Osiris lunaire devient, tout comme Nergal Sîn, le dieu des enfers et de la mort. À ce titre, il se retrouve au cœur des grandes initia­tions dont le Livre des morts nous donne un aperçu. Entouré de qua­rante-deux assesseurs, il préside au jugement des morts.

 Terminons en faisant remarquer que si le clergé d'Heliopolis vou­lut solariser la plupart des grands dieux, le pharaon Ramsès IV, à une époque relativement récente (1153 avant ].-C.), pour re­mettre les choses au point, décida d'inscrire le caractère lunaire d'Osiris sur une stèle d'Abydos, haut lieu du culte d'Osiris : « Tu es La Lune dans Le ciel et tu rajeunis suivant ton désir et tu vieillis quand tu veux. »

 

  

Voilà d'ailleurs pourquoi Osiris, dieu lunaire, est noir avec une couronne blanche.

Il a le visage sombre de la Lune cendrée qui, en fait, apparaît marron, gris ou vert sombre sur le ciel bleu et il est couronné de la haute couronne blanche, symbole de la Lumière lunaire.

 

 

Isis porte les cornes la vache, symbolise la fertilité, ressuscite son époux, fabrique un phallus "croissant lunaire" pour son époux, donne vie à Horus dont l'œil perdu sera la Lune. On ne peut donc ignorer son assimilation au symbolisme lunaire même si le peuple égyptien donna une supériorité au culte du soleil dans sa religion.

 

 

 

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 02/07/2021