OSIRIS

Osiris

http://www.egypte-ancienne.fr/osiris.html

 

Caractéristiques :  

Osiris est avec Rê le principal du panthéon égyptien. C’est un dieu anthropomorphe, il est représenté sous les traits d’un homme à la peau verte (ou noire) enveloppé dans une gaine blanche.
Osiris est le premier roi mythique de l’Egypte c’est pourquoi, il est toujours représenté couronné et portant les attributs des pharaons : le fouet et le sceptre.
A l’origine il était le dieu de la terre et de la végétation mais depuis sa résurrection il règne sur le royaume des morts.
Osiris, le dieu des morts incarnait donc pour les anciens égyptiens l’espoir d’une vie après la mort. En effet, ce qui était jugeait « juste de voix » pouvait rejoindre le monde de l’au-delà.

 

Son culte au cours des Ages :  

 

Le dieu d’Abydos Khentamentiou est le précurseur d’Osiris. En effet, aux Vème et VIème dynasties Khentamentiou fut progressivement identifié à Osiris. Au moyen Empire la cité d’Abydos devient un lieu de dévotion très populaire. Osiris se hisse donc au sommet de la hiérarchie des dieux. Omniprésent et tout puissant, Osiris garant de l’immortalité de l’âme étend son ombre sur toute la mythologie égyptienne.
Son  culte résista aux grandes religions monothéistes, on pratique encore à de nos jours au sein de sociétés théosophiques.


Les mythes:   

La naissance d'Osiris

 

Atoum-Rê le démiurge « le dieu du premier instant », créateur du monde engendra le premier couple divin Chou (l’air) et Tefnout (l’humidité). Ce couple donna naissance à Geb (la terre) et Nout (le ciel). Geb et Nout était si épris l’un de l’autre que la Terre et Le Ciel demeurèrent attachés et ni l’air ni l’humidité ne pouvait circuler alors Atoum-Rê obligea Chou à les séparer. Mais Nout était enceinte alors Atoum-Rê décréta que ses enfants ne pourraient naître au cours d’aucun des douze mis de l’année ce qui les condamné.

Mais l’ingénieux Thot gagna au jeu avec la Lune et cinq jours supplémentaires furent rajoutés à la suite des douze mis de l’année. Ainsi, Nout pus donner naissance à ses enfants : Osiris, Seth, Nephtys et Isis (le quatrième des « jours épagomènes »). 

 

La jalousie de Seth :

Osiris souverain juste et bon régnait paisiblement sur l’Egypte avec Isis, il enseigna l’agriculture à son peuple et était aimé de ses sujets. Son frère, le dieu Seth, en fut fortement jaloux et rêvait de prendre sa place sur le trône d’Egypte. Il imagina donc un stratagème avec soixante-douze complices, il construisit un coffre aux mesures d’Osiris et lors d’un festin il proposa de l’offrir à celui qui rentrait dedans. Quand Osiris s’y allongea et se retrouva enfermé par Seth et ses complices. Le coffre fut ensuite jeté dans e Nil. Isis désespérée se jura de retrouver son époux bien-aimé. Et après une longue quête, elle ramena le corps de son défunt mari et le cacha. Mais le perfide Seth découvrit le corps et le découpa en quatorze morceaux qu’il dispersa dans les eaux du Nil. Isis retrouva les quatorze morceaux afin de reconstituer le corps de son époux et demanda à Anubis de le momifier ainsi il réalisa la première momie. Il ne restait plus qu’à lui rendre le souffle de vie ce fut Thot qui s’en chargea. Osiris sous les lamentations de son épouse remonta des ténèbres et donna un fils à Isis : Horus. Il devint alors le dieu de l’au-delà garant de l’immortalité.

Osiris était donc la preuve que la mort peut être vaincue à condition que le corps soit protégé de la désintégration d’où l’importance de la momification et de ses nombreux rites funéraires.

 

La pesée du coeur :

Osiris préside le jugement du défunt au cours duquel le cœur du défunt est placé sur l’un des plateaux de la balance se trouvant devant Osiris, en équilibre avec Maât placée sur l’autre. Si ce qui est confessé est vrai alors le cœur conserve l’équilibre car il ne ment jamais dans le cas contraire le poids des péchés alourdira le cœur faisant pencher la balance. L’âme du défunt sera alors la proie de la « Dévoreuse ». Mais s’il est considéré comme « juste de voix » les portes de l’éternité lui seront ouvertes.

 

Le culte de Osiris:

Les grandes fêtes célébrées en l’honneur d’Osiris, débutaient au mois de Khoiak (octobre/novembre) entre la baisse des eaux du Nil et les semences. Les festivités commençaient par des rituels rendus public. D’autres cérémonies étaient organisées en secret dans les temples au cours desquelles les prêtres faisaient renaître mystiquement Osiris. La fête célébrée à Memphis « l’érection du pilier djed » avait pour but de mettre en relation le dieu Osiris avec le pouvoir royal qu’il représenté.

Cette cérémonie se déroulée la veille d’un couronnement et lors des jubilés. Au cours de cette fête un monumental pilier djed était érigé.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 21/11/2011