Moitié, Conte du Pays de Dol - François Duine

Moitié, Conte du Pays de Dol

 

http://www.contes-et-merveilles.com/contes/francois-duine/contes-feeries-faceties-et-merveilles

Conte type international Aa&Th N° 0715, paru dans la "Revue illustrée des Provinces de l'Ouest", en novembre 1898, pages 338-339.

Il y avait une fois des bonnes gens qui possédaient un coq. Ils le partagèrent en deux parties, mangèrent la première moitié et réservèrent l'autre pour le lendemain. Mais l'autre moitié s'échappa très loin et alla chercher sa vie dans les champs.
Un jour, Moitié de coq picotant pour trouver sa nourriture déterra une petite bourse pleine d'argent.
Il s'enfuyait tout joyeux, quand un curé l'aperçut :
- Moitié, où as-tu pris cet objet ?
- En cherchant du grain.
- Donne-moi cela tout de suite.
- Non, c'est mon bien.
Le curé lui arracha la bourse Moitié gloussait :
- Mon argent, mon argent ...
- Tu ne l'auras jamais...
Alors le volé s'achemina vers le presbytère. En route il rencontra une abeille qui lui dit :
- Moitié, où vas-tu ?
- Je vais chercher ma boursée.
- Veux-tu que j'aille avec toi ?
- Non, car tu ne serais pas capable de me suivre.
- Ma foi, si !
- Viens donc. Aussitôt que tu seras lassée, tu monteras sur mon dos.
C'est ainsi que l'abeille et le coq firent voyage ensemble. Ils rencontrèrent un renard qui leur dit :
- Moitié, où vas-tu ?
- Je vais chercher ma boursée.
- Veux-tu que j'aille avec toi ?
- Non, car tu ne serais pas capable de me suivre.
- Ma foi, si !
- Viens donc. Aussitôt que tu seras lassé, tu monteras sur mon dos.
C'est ainsi que l'abeille, le renard et le coq firent voyage ensemble. Ils rencontrèrent une rivière qui leur dit :
- Moitié, où vas-tu ?
- Je vais chercher ma boursée.
- Veux-tu que j'aille avec toi ?
- Non, car tu ne serais pas capable de me suivre.
- Ma foi, si !
- Viens donc. Aussitôt que tu seras lassée, tu monteras sur mon dos.
C'est ainsi que l'abeille, le renard, la rivière et le coq arrivèrent ensemble au presbytère.
Moitié sonna poliment à la porte. La servante vint ouvrir.
- Nous désirons parler à Monsieur le Curé.
- Seigneurs, passez dans la belle salle.
Le curé se présenta.
- Moitié, que veux-tu ?
- Je demande ma boursée.
- Déloge immédiatement avec tes amis.
- Oui, quand j'aurai mon bien.
Le curé appela le cuisinier et lui ordonna de mettre ce babillard importun parmi les poules.
Alors moitié dit au renard : "Manges les poules". Et elles furent mangées.
Le curé répliqua : "Jetez le coq au feu".
Mais Moitié reprit : "Rivière, éteins le feu". Et il fut éteint.
Le curé vaincu s'adressant à la servante : "Rends la bourse".
- C'est bon, remercia Moitié. Et maintenant, abeille, pique ce brave homme comme souvenir de sa méchanceté.
Et le curé fut piqué.
Cinq ans plus tard, jour pour jour, Moitié de coq mourut en cessant de vivre.

Ce conte est le premier d'une série "Légendes de la Côte Bretonne", comprenant une séquence "à Dol", que François DUINE introduit ainsi : Les traditions doloises comprennent quatre thèmes : celui de la campagne, celui de la pierre, celui de la mort, celui de la mer. Le premier est peut-être le moins connu. Je n'ai fait que l'esquisser dans la Revue des Traditions Populaires [N° de juillet 1893]. Je puis aujourd'hui ajouter les historiettes suivantes.
Suivent ainsi : Moitié, Aliette, et Bénédicité.
L'ensemble est signé "Abbé DUINE".

3 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. MATHIAS (site web) 16/07/2011

ça me fait plaisir de retrouver ce conte ici !

Ajouter un commentaire