Les deux jarres

Ces deux contes, où de fabuleuses jarres servent de révélateur à la cupidité des hommes, m'ont été contés par Lert Teja, guide de randonnée dans la petite ville de Pai. Ces histoires font partie de la tradition du royaume du Lanna, qui recouvrait le nord de la Thaïlande au 13ème siècle. Le premier de ces contes évoquera sans doute quelques réminiscences à certains...

 

Une première jarre

 

Il y avait une fois un paysan qui travaillait pour un gros propriétaire. Il était dur à la tâche, ne se plaignait jamais, et allait régulièrement au temple. Un après-midi, sa charrue heurta une souche. Lorsqu'il eut creusé pour extirper l'obstacle, il trouva une jarre en dessous. Il en fut ravi car la sienne venait de se casser, et il l'emmena chez lui, la posant dans la cour en attendant de s'en servir. Dans la soirée, son fils qui jouait avec une pièce la laissa tomber dans la jarre. Il se pencha pour reprendre son bien, mais il découvrit qu'il y avait une autre pièce dedans. Il la prit aussi, mais il en restait encore une autre au fond. Toute la famille comprit que c'était une jarre magique et qu'il resterait toujours une pièce au fond.

L'histoire ne tarda pas à se répandre dans tout le village, et le propriétaire vint réclamer la jarre en disant qu'elle lui revenait de droit puisqu'elle était sur son terrain. Le paysan refusa, arguant que c'était lui et personne d'autre qui avait fait la découverte. Les deux hommes allèrent s'en remettre au roi, qui nomma aussitôt un juge pour délibérer. Mais le juge, qui gardait la jarre chez lui pour la nuit, voulut aussi en profiter. Son père amena un lingot de leur réserve et le déposa à l'intérieur, en obtenant aussitôt un autre. Le père était si content qu'il se pencha et tomba dans la jarre. Son fils le sortit de là, mais il y avait soudain un autre père dans la jarre, et ainsi de suite, et ainsi de suite, jusqu'au moment où le juge se décida à briser la jarre. Autour de lui, il avait soudain vingt pères à nourrir, loger et blanchir !

 

*

 

Une seconde jarre

 

Il a bien longtemps, un couple de paysans travaillait dur pour gagner leur vie. Un jour qu'ils cherchaient en forêt de quoi manger, la pioche de l'homme heurta quelque chose de dur, qui s'avéra être une jarre remplie d'or et de lingots. Les yeux du paysan se mirent à briller et il rêva tout haut des jeunes épouses qu'il allait pouvoir s'offrir. Entendant cela, sa femme lui répondit qu'elle aussi pourrait se payer de jeunes hommes avec une telle manne. Un lourd silence s'en suivit, au cours duquel les deux époux commencèrent à se regarder de travers.

Soudain, la femme proposa de rentrer à la ferme : elle allait ramener de la nourriture pour fêter ça, et un sac pour transporter le trésor. Une fois seul, le mari se cacha derrière un arbre, bien décidé à tuer sa femme et à tout garder pour lui. Lorsque l'épouse revint, avec le sac et le repas, il se jeta sur elle et la tua avec la pioche. Il se mit à manger la nourriture en souriant à pleines dents. Il faut être heureux tout seul, se disait-il, le bonheur ne se partage pas. Mais il ne se le dit pas bien longtemps, car il mourut une heure plus tard du poison que sa femme avait mis dans son repas.

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire