Le jardin de la belle El Galia Bent El Mansour - Conte Arabe

 

Le jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour

(Conte arabe traditionnel)

Il était une fois un homme de bien qui possédait sept femmes et sept juments. Les unes et les autres étaient stériles. Le maître se désolait lorsqu’il parcourait le souk. Il regardait avec attendrissement les pères et les fils déambuler de concert en échangeant paroles douces comme le miel et sourires emprunts de respect. Un beau jour, il alla trouver un docteur juif et lui demanda ce qu’il devait faire pour connaître enfin les joies de la paternité. Le vieux juif lui conseilla de prendre une huitième épouse et d’acheter une huitième jument. Ce qu’il fit ! La première année, sa première femme lui donna un premier fils ; sa première jument, un premier poulain. Il en fut ainsi chaque année pour chacune de ses femmes et chacune de ses juments. La huitième année, la huitième femme lui donna un huitième fils, le plus aimable qui soit ; la huitième jument engendra un poulain qui était le plus vif et le plus rapide que l’on eût jamais vu. L’homme de bien était un homme comblé. Mais les qualités de son benjamin suscitaient la jalousie de ses aînés. Ils bouillaient de le voir toujours briller en société, de le voir gagner toutes les courses avec son cheval. Ils allèrent un jour se confier à leur vieille nourrice qui s’était retirée non loin du souk. Celle-ci se rendit auprès de son ancien maître, parla de choses et d’autres (du temps, de la récolte de dattes à venir, des caravanes qui faisaient halte aux portes de la ville, des esclaves noirs et chrétiens qu’on vendait sur le marché…) Puis elle lui demanda :
- Sais-tu quel fils t’aime le plus ?
L’homme de bien sourit avec indulgence, convaincu de connaître la réponse. Pour ne pas blesser la nourrice, il dit :
- Je ne sais pas !
- Eh bien, dit la nourrice, fais semblant d’être malade ! Demande à tes fils de t’apporter les fruits du jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour qui seuls pourraient te guérir.
L’homme se prêta au jeu. Les fils se récusèrent les uns après les autres. À l’exception du dernier, qui promit de se mettre en quête dès le lendemain. Le père ordonna à ses frères d’accompagner le benjamin. Il leur fit remettre une somme d’argent pour pourvoir aux frais du voyage, qui serait long et dangereux.
Le lendemain, les huit frères se mirent en route. En traversant la première ville rencontrée, les aînés vendirent leurs chevaux, et ouvrirent un commerce. Le plus jeune poursuivit sa route. Après avoir parcouru le pays en tous sens, il se prépara à passer la nuit sur un rocher dominant une vaste grotte. Comme le sommeil le gagnait, il entendit du bruit. Ouvrant les yeux, il vit un troupeau de moutons qui pénétrait dans la grotte. Le berger n’était autre qu’une vipère énorme ! De saisissement, le jeune homme fit un geste brusque. Il heurta son sac de voyage. Ses provisions roulèrent vers la vipère. Cette dernière s’en délecta. Elle déclara qu’elle était prête à exaucer le moindre vœu de l’homme qui avait calmé son appétit. Le jeune homme s’empressa de se montrer. Il lui dit qu’il voulait se rendre au jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour !
- Rien de plus facile, dit la vipère : le chemin qui mène à ce jardin passe par ma gueule. Tu devras prendre garde aux deux montagnes qui closent mon gosier : il se ferme et s’ouvre si vite que tu serais broyé s’il se refermait sur toi ! Tu devras aussi invoquer le nom d’Allah quand les éléments te feront obstacle. Si tu échappes à mon gosier et aux éléments déchaînés, tu parviendras au jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour !
La vipère ouvrit son énorme gueule. Le cheval, d’un bond, entra à l’intérieur. Le jeune homme prit le temps de réciter un verset du Coran avant de jeter son cheval dans le défilé du gosier : ils n’eurent que le temps de passer… La queue du cheval fut coupée net quand les deux montagnes se refermèrent. La route fut longue jusqu’au jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour. Les pierres roulaient vers eux, les arbres et les plantes se tordaient pour les étouffer, le vent rugissait, des vagues monstrueuses tourbillonnaient. Le jeune homme invoquait le nom d’Allah. Il avançait toujours. Il parvint enfin devant un mur derrière lequel se dessinait un château de marbre vert. Une porte d’or, couverte d’une coupole de jade, protégeait l’entrée de la propriété. Un corbeau, qui tenait dans son bec une clé en or, était perché au-dessus de la coupole :
- Je suis le gardien du jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour. Pour entrer, il te faudra me tuer. Voici un fusil et six balles. Si tu me rates six fois, la terre t’avalera !
Le jeune homme prit le fusil, et rata une première fois le corbeau. Il s’enfonça dans le sol jusqu’aux chevilles. Il tira une seconde balle. Il rata de nouveau le corbeau. Il s’enfonça jusqu’au genoux. Il tira une troisième balle. Le corbeau tomba, et la clé d’or avec. La terre se mua en sable. Le jeune se dégagea. Il pénétra dans le parc du château. Il sentit qu’on lui touchait le bras. En se retournant, il vit une esclave :
- Ma maîtresse, la belle El Ghalia Bent El Mansour dort depuis quatre jours. Tu devras attendre quatre jours pour la rencontrer, car elle veille huit jours, et dort ensuite pendant huit jours…
- Je n’ai pas le temps d’attendre, dit le jeune homme : mon père est malade et je dois lui ramener au plus vite les fruits du jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour !
Sans écouter les protestations de l’esclave, il se rendit au jardin. Il y emplit son sac de fruits. Avant de partir, il prit son poignard, se coupa le doigt, et écrivit son nom sur le mur. Il reprit le même chemin. Il apaisa de nouveau, en invoquant le nom d’Allah, les éléments déchaînés. Il franchit de nouveau, après avoir récité un verset du Coran, le gosier du monstre. Puis il partit vers la ville où il avait laissé ses frères. Ceux-ci vendirent leur commerce, achetèrent de nouveaux chevaux, et prirent le chemin de la maison du père. En cours de route, l’aîné se plaignit de la soif. Le benjamin chercha un puits, et en trouva un.
- Il n’y a plus une goutte d’eau dans ce puits, s’exclama l’aîné !
Le benjamin se pencha. Les frères le firent basculer. Sans plus attendre, ils gagnèrent la demeure du père. L’homme de bien contemplait les fruits du jardin de la belle El Ghalia Bent El Mansour. Il les tournait et les retournait dans sa main. Son cœur était triste : les aînés avaient prétendu que le benjamin les avait quittés pour mener joyeuse vie, dépensant sans compter son argent avec des gens de peu et des femmes impures.
Pendant ce temps, la belle El Ghalia Bent El Mansour s’était éveillée. Mise en fureur par la disparition des fruits, elle fit couper la tête de son esclave. Elle partit ensuite à la recherche de son voleur. Son cheval franchit la gueule de la vipère d’un bond, sans même avoir touché le sol. En chemin, la belle El Ghalia Bent El Mansour, qui comprenait le langage des oiseaux et des animaux, les entendit vanter les mérites d’un jeune homme qui avait affronté bien des dangers pour rapporter à son père des fruits destinés à le guérir d’une maladie terrible. Elle reconnut le nom de son voleur ! Avec l’aide d’Allah le miséricordieux, le fiel de la colère se mua peu à peu en miel. Parvenue chez le père, elle se présenta comme la belle El Ghalia Bent El Mansour. Elle exigea d’être présentée à son voleur. Les frères, qui redoutaient sa vengeance, s’empressèrent de nier être l’auteur du larcin. Le père se fâcha. Il leur dit que s’ils ne lui disaient pas la vérité, il leur ferait couper la tête. Honteux, les frères confessèrent avoir assassiné le benjamin. Aussitôt, le père organisa une caravane pour ramener le corps de son fils. Devant le puits, un cheval à la queue coupée net hennissait de douleur. Quelle ne fut pas la surprise du père et de la belle El Ghalia Bent El Mansour en apercevant le jeune homme retenu par une toile d’araignée ! Allah le miséricordieux lui avait ainsi manifesté aide et estime !
La belle El Ghalia Bent El Mansour épousa son voleur et, touchée par la grande bonté d’Allah, elle fit grâce aux sept frères !

 

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

1. Ghalia MANSOUR 09/06/2013

Bonjour :)

Merci pour ce conte ‼ Je me nomme Ghalia MANSOUR et pour tout te dire je n'avais pas connaissance de ce récit avant de tomber sur ton site ‼ ^^
Très belle histoire, et très agréable d'en être l'héroïne ‼
Merci encore ‼

2. meluzyne (site web) 20/04/2012

merci Marianna, fidèle lectrice !! dès que j'irai mieux je complèterai mon immense collection de contes du monde entier (autant dire que dans vingts ans il sera encore ne évolution !! lol !!)

3. Marianne (site web) 31/07/2009

Bonsoir Méluzyne,

j'ai lu ce conte avec beaucoup d'avidité... comme toujours, les contes africains sont emplis d'une immense sagesse. merci pour cet agréable moment et pour tes gentilles attentions!

meluzyne

meluzyne Le 20/04/2012

Merci Marianne, fidèle lectrice, dès que j'en ai fini avec mes soucis de santé, je continuerai à compléter mes contes du monde entier (autant dire que dans 20 ans on y sera encore !! lol !!) merci pour tes visites. Amitiés Mélu.

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 02/07/2021